Pour la Russie, le temps est venu de se débarrasser du dollar américain

Pour la Russie, le temps est venu de se débarrasser du dollar américain© Maxim Shemetov / Reuters
Illustration

En réponse aux nouvelles sanctions venues des Etats-Unis, Moscou a fait part de sa volonté de redoubler d'efforts pour abandonner la monnaie américaine dans ses transactions commerciales. Un souhait qui ne s'arrête pas aux frontières de la Russie.

Visé par une liste grandissante de sanctions américaines, Moscou est prêt à contre-attaquer. «Le temps est venu de passer des mots aux actions, et de se débarrasser du dollar comme moyen de règlements mutuels et de rechercher d'autres alternatives», a déclaré le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Ryabkov dans un entretien avec le magazine russe International Affairs publié le 23 août.

Lire aussi : Moscou considérera de nouvelles sanctions américaines comme une «déclaration de guerre économique»

«Dieu merci, c'est ce qui se produit et nous allons accélérer ce processus», a ajouté le vice-ministre, expliquant qu'il s'ajouterait à d'autres «mesure de représailles» contre les sanctions prises par Washington.

Plus tôt, en avril, le ministre russe de l'Energie, Alexandre Novak avait fait remarquer qu'un nombre grandissant de pays réfléchissaient à remplacer le dollar comme monnaie de référence du commerce mondial.

«Il est communément admis que nous devons nous diriger vers l'utilisation de monnaies nationales pour nos règlements», avait-il déclaré. «Nous réfléchissons à une option de paiement en monnaie nationale avec [l'Iran et la Turquie]», avait-il encore affirmé, précisant : «Cela nécessite certains ajustements dans les secteurs financier, économique et banquier.»

Le Kremlin a notamment fait savoir qu'il était intéressé par l'utilisation du rouble et de la livre turque pour ses échanges avec Ankara. De son côté, l'Inde, se penche sur la possibilité de payer une partie de ses achats de pétrole iranien en roupies. La Chine, seconde économie mondiale, a elle lancé en mars dernier ses premiers contrats à terme sur le pétrole, cotés en yuans.

Lire aussi : Réussir là où Kadhafi a échoué : un expert soutient que le yuan peut mettre fin au pétrodollar

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter