La Nouvelle-Zélande interdit aux investisseurs étrangers d'acheter des biens immobiliers

La Nouvelle-Zélande interdit aux investisseurs étrangers d'acheter des biens immobiliers © Charlotte Greenfield Source: Reuters
Le Premier ministre travailliste Jacida Ardern lors d'une conférence à Wellington le 6 août 2018 (illustration).

La Nouvelle-Zélande a voté une nouvelle loi interdisant aux étrangers, à certaines exceptions près, d'acheter des propriétés résidentielles, afin de lutter contre la flambée de l'immobilier dans l'archipel du Pacifique Sud.

La loi, votée dans la soirée du 15 août, est la réalisation d'une promesse de campagne du Premier ministre travailliste Néo-Zélandaise Jacinda Ardern, qui s'était engagée avant son élection l'année dernière à rendre l'immobilier plus abordable pour ses concitoyens. Elle prévoit l'interdiction aux investisseurs vivant à l'étranger, notamment en Chine, d'acheter des résidences en Nouvelle-Zélande. A quelques exceptions près : en vertu d'un accord de libre-échange unissant leurs pays, les Australiens, qui constituent la deuxième population d'investisseurs étrangers, pourront continuer à acheter en Nouvelle-Zélande, de même que les habitants de Singapour.

«C'est une étape très importante qui prouve la détermination de ce gouvernement à permettre que davantage de Néo-Zélandais puissent réaliser leur rêve d'accès à la propriété», a commenté le ministre du Développement économique David Parker. Il a ajouté que cette réforme visait à assurer que le marché du logement «soit fixé en Nouvelle-Zélande et pas par les marchés internationaux».

Dans un rapport, le gouvernement avait indiqué il y a quelques mois que l'immobilier résidentiel avait augmenté de 30% en cinq ans, une hausse deux fois supérieure à la croissance des salaires, et même quatre fois plus forte à Auckland, la ville la plus peuplée. En conséquence, le taux de propriétaires est au plus bas depuis 60 ans.

Le gouvernement de centre-gauche de Jacinda Ardern a toujours imputé cette situation à l'appétit immobilier grandissant d'investisseurs étrangers au pouvoir d'achat supérieur à celui des Néo-Zélandais. Il a même désigné les investisseurs chinois comme les principaux responsables de la flambée des prix à Auckland.

Lire aussi : Marchands de sommeil considérés comme des criminels : une nouvelle mesure vraiment efficace ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»