En Iran, Citroën résiste aux sanctions... et vend 2 000 C3 en une heure

En Iran, Citroën résiste aux sanctions... et vend 2 000 C3 en une heure Source: AFP
Carlos Tavares, président du groupe PSA (au centre) s'entretient avec le ministre iranien de l'Industrie Mohammad Reza Nematzadeh (g.) et la directrice de la marque Citroën Linda Jackson (d.) au Salon de l'automobile à Paris le 29 septembre 2016 (illustration).

Le constructeur français maintient pour le moment sa présence en Iran et connaît un vif succès avec le lancement local de son modèle de citadine compacte, la C3.

Linda Jackson, directrice de la marque Citroën, a annoncé ce 24 mai que le lancement du modèle compact C3 en Iran avait eu lieu la semaine dernière, malgré le retrait de Washington de l'accord nucléaire.

PSA, le constructeur des voitures Peugeot et Citroën (mais aussi des marques Opel et Vauxhall rachetées en 2017), a vendu 2 000 compactes C3 en une heure le jour du lancement. Linda Jackson, citée par Reuters, a déclaré que la stratégie du groupe en Iran demeurait inchangée malgré le rétablissement des sanctions américaines contre l’Iran.

Elle a toutefois précisé que PSA restait prudent quant à l’avenir de son activité dans ce pays en attendant «une position claire» de l’Union européenne sur les sanctions américaines et les perspectives commerciales dans la République islamique.

PSA n'est pour le moment pas exposé aux sanctions américaines. Citroën a en effet a quitté le marché étasunien dès 1973, suivi en 1991 par Peugeot. Mais le groupe a ouvert récemment un bureau à Atlanta, aux Etats-Unis, et prévoit, selon la presse américaine, son retour. 

Lire aussi : Gattaz déplore les «sanctions délirantes imposées par les Etats-Unis» à la Russie

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter