Statut des cheminots et société par actions, que contient le projet de réforme de la SNCF ?

Statut des cheminots et société par actions, que contient le projet de réforme de la SNCF ? Source: AFP
Le projet de loi pour le Nouveau pacte ferroviaire est une loi d’habilitations à légiférer par ordonnances pour transformer la SNCF en société par actions, progressivement supprimer les statut des cheminots et ouvrir le transport de passagers à la concurrence (illustration).
Suivez RT France surTelegram

Concurrence, réforme du statut des cheminots et du statut de l’entreprise sont prévus par le Nouveau pacte ferroviaire débattu à l’Assemblée. C’est essentiellement une loi d’ordonnances, qui contient les grandes orientations de la réforme de la SNCF.

Présenté en Conseil des ministres le 14 mars dernier, le projet de loi pour un Nouveau pacte ferroviaire est examiné à partir du 9 mars à l’Assemblée nationale à Paris. Après engagement de la procédure accélérée, il entre en discussion en séance publique. C’est un texte court, de huit articles en quatre pages qui se base pour l’essentiel sur le rapport du haut-fonctionnaire et dirigeant successif de grandes entreprises publiques (Air France, Engie, Areva), Jean-Cyril Spinetta.

Ouverture à la concurrence, suppression progressive du statut des cheminots et transformation en société par actions sont les grands axes de ce texte d’habilitation à légiférer par ordonnances. Le premier article prévoit «les dispositions à prendre en ce qui concerne les missions, l’organisation, la gouvernance et la forme juridique du groupe public ferroviaire».

S’il est adopté sous cette forme, il permettra donc au gouvernement, au moyen de simples ordonnances, de transformer la SNCF «pour lui donner les moyens d’une plus grande efficacité et lui permettre de s’adapter, dans le même temps, à la concurrence de nouveaux opérateurs», selon la formule employée par le gouvernement.

Les articles 2 et 3 prévoient la transposition en droit national des directives européennes et des différents règlements communautaires, sur l’espace ferroviaire unique européen, et donc l’ouverture à la concurrence du transport de passagers. Le quatrième permettra pour l’essentiel au gouvernement de «déterminer l’évolution du cadre de tarification des billets aux voyageurs» et le suivant d’harmoniser certaines particularités techniques et juridiques du système ferroviaire français avec les normes européennes.

Enfin, en plus des deux derniers (7 et 8) articles relevant de la stricte procédure, un sixième devrait en grande partie vider de sa substance l’Autorité de régulation des activités ferroviaires et routières (Arafer). Cela laissera les mains libres gouvernement, notamment pour l’organisation d'un nouveau cadre tarifaire de l’accès au réseau ferré, une fois le transport de voyageurs totalement ouvert à la concurrence.

Plus de 200 demandes d'amendements

Le projet de loi Nouveau pacte ferroviaire, déjà examiné en Commission du développement durable au début du mois d'avril, fait l’objet de plus de 200 demandes d’amendements. Sans surprise, celui du groupe communiste dénonçant la possibilité de transformation de la SNCF en société par actions, arguant qu'«aucune évaluation ne vient cependant démontrer la réalité des vertus prêtées à la diffusion de la concurrence et au basculement vers des statuts et des méthodes d’entreprises privées», a été rejeté.

En revanche, celui de Bertrand Pancher, député UDI de la Meuse qui voulait que, dans le premier article, l'on insérât les mots «afin d’en améliorer la performance», après «Modifier les missions [...] et la forme juridique du groupe public ferroviaire et des entités qui le composent», n'a pas posé de problème à la majorité. Les discussions en séance publique prendront fin le 17 avril. Mais les principales modifications du fonctionnement du système ferroviaire resteront à écrire... par le gouvernement.

Lire aussi : Grèves SNCF : une cagnotte pour soutenir les cheminots et contrer les sanctions des grévistes

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix