Un aéroport espagnol qui a coûté un milliard d'euros pourrait être vendu pour 10 000 euros

Capture d'écran de iberosphere.com
Capture d'écran de iberosphere.com

Le chinois Tzaneen International offre 10 000 euros pour une partie de l’aéroport espagnol de Central-Ciudad Real, dont le coût de construction s’est élevé à un milliard d’euros, et a de grandes chances de voir les autorités accepter son offre.

Si son offre de 10 000 euros est acceptée, l’entreprise chinoise Tzaneen sera le nouveau propriétaire du terrain de l’aéroport, de plusieurs bâtiments, d’une piste d’atterrissage de 4 000 mètres de long, de hangars et d’une tour de contrôle quasiment neufs.

Le journal Spanish News Today a rapporté qu’une mise aux enchères n’avait pas permis d’attirer d’autres investisseurs. Pour soumettre une offre, un acheteur potentiel doit disposer d’une garantie de 2 millions d’euros.

En janvier 2014 pourtant, une offre de 120 millions d’euros avait été faite. Une offre que les responsables avaient rejeté. Si Tzaneen l’emporte, l’aéroport se transformera en hub pour l’importation de produits chinois sur le marché européen.

Mais le processus de vente n’est pas encore terminé. Un tribunal local, qui a participé au processus de mise aux enchères, a fixé au 15 septembre la date limite pour enchérir et celle à laquelle il rendra sa décision.

L’aéroport de Central-Ciudad Real se trouve à environ deux heures de voiture de la capitale espagnole, dans les plaines qui se trouvent au Sud de Madrid. Sa construction s’est achevée en 2011 mais il est aujourd’hui considéré comme un «aéroport fantôme». La crise de 2008 et l’explosion de la bulle spéculative dans le secteur de la construction espagnole qui l’a suivie lui a fait perdre toute sa valeur. Financé par le contribuable, cet aéroport n’est aujourd’hui plus qu’un vestige des gaspillages consentis par les autorités lors d’un boom économique aujourd’hui révolu. L’exploitation de cet aéroport a commencé en 2012 sans avoir le succès escompté, récession oblige.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales