Les Rothschild réinjectent deux millions d'euros dans le site Slate.fr pour le sauver de la faillite

- Avec AFP

Les Rothschild réinjectent deux millions d'euros dans le site Slate.fr pour le sauver de la faillite© Capture d'écran
Capture d'écran du site slate.fr

Les banquiers Benjamin et Ariane de Rothschild viennent à la rescousse du pure-player Slate.fr, déficitaire depuis sa fondation en 2009, selon des informations de Libération confirmées par la direction du site.

Les dirigeants du groupe suisse Edmond de Rothschild, qui sont déjà actionnaires principaux du site d'informations Slate.fr, vont y injecter un total de deux millions d'euros, a indiqué à l'AFP Jean-Marie Colombani, ancien du Monde et président de Slate.

Une première augmentation de capital de 1,15 million d'euros avait été réalisée le 20 juin, selon Libération. Cet investissement a été réalisé via leur société personnelle Catleya Finance, domiciliée au Luxembourg, a confirmé Jean-Marie Colombani.

Le site garde son modèle gratuit financé par la publicité et la vente de contenus, et le président de Slate devrait donner plus de précisions sur sa nouvelle mouture lors d'une assemblée générale à la mi-septembre.

Le site avait déjà pu survivre grâce à des levées de fonds, malgré une chute de son chiffre d'affaires à 950 000 euros en 2015, contre 1,5 million en 2012, à cause de problèmes avec une régie externe. Sa perte s'était creusée à 1,9 million d'euros. Slate espérait atteindre l'équilibre en 2017.  

Avec ce nouvel investissement, le site change de têtes : l'homme d'affaires et producteur Marc Sillam a remplacé le fondateur Eric Leser à la direction générale.

Christophe Carron, ancien rédacteur en chef du Grand journal de Canal+ et ancien de Voici, prend en charge la rédaction en chef du site. Il remplace Charlotte Pudlowski, partie monter un projet de podcasts, comme elle l'a elle-même annoncé sur Twitter.

Selon un journaliste du site cité par Libération, une partie de la dizaine de titulaires de cartes de presse du site devraient également profiter de la clause de cession pour quitter Slate, qui emploie 23 personnes.

Slate attire chaque mois trois millions de visiteurs uniques, selon des chiffres de l'institut Nielsen cités par sa direction.

Benjamin et Ariane de Rothschild n'ont pu être joints le 18 août.

Aux Etats-Unis, son modèle Slate.com, qui détient environ 15% du capital de Slate.fr, tire plus d'un million de dollars annuels de son offre payante sur un chiffre d'affaires de 30 millions de dollars. 

Déficitaires, plusieurs sites d'info généralistes gratuits ont jeté l'éponge ces dernières années, et le pionnier Rue89 a été absorbé par L'Obs.

Lire aussi : La «maison de campagne» des Rothschild cambriolée : au moins 200 000 euros de butin

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.