Malgré les tensions entre Téhéran et Washington, Iran Aseman Airlines finalise l'achat de 30 Boeing

- Avec AFP

Malgré les tensions entre Téhéran et Washington, Iran Aseman Airlines finalise l'achat de 30 Boeing © Morteza Nikoubazl Source: Reuters
La compagnie Iran Aseman a acheté 30 Boeing (Image d'illustration)

L'avionneur américain et la compagnie Iran Aseman Airlines ont signé un contrat, qui doit encore être validé par le Trésor américain. Il deviendrait caduc si Donald Trump décidait de réimposer les sanctions anti-Iran levées par son prédécesseur.

La compagnie aérienne privée Iran Aseman a annoncé le 10 juin avoir finalisé un accord pour l'achat de 30 Boeing 737 MAX, avec l'option d'en acheter 30 supplémentaires, pour une valeur de 3 milliards de dollars. Le contrat, annoncé en avril, a été signé lors d'une cérémonie à Téhéran et la livraison des 30 premiers avions est prévue entre 2022 et 2024.

«Je me réjouis que nous puissions [...] mettre à niveau la flotte [d'Iran Aseman] afin de lui permettre de s'imposer sur le marché régional», s'est félicité le ministre iranien du Travail Ali Rabii, cité par l'agence de presse iranienne ISNA. 

La signature de ce contrat a été rendue possible par la conclusion en 2015 de l'accord sur le nucléaire entre l'Iran et les grandes puissances, dont les Etats-Unis, qui a permis la levée d'une partie des sanctions internationales imposées à Téhéran, autorisant notamment la vente d'avions. Mais ce contrat pourrait cependant être remis en question si le président américain Donald Trump mettait à exécution ses menaces de réimposer des sanctions à l'Iran.

La vente doit en outre être validée par l'Office américain pour le contrôle des avoirs étrangers, qui dépend du Trésor américain (OFAC). «Nous avons finalisé l'accord, maintenant nous attendons la permission de l'OFAC le mois prochain», a déclaré à l'AFP le porte-parole d'Aseman, Amir Reza Mostafavi.

Boeing fait l'objet de critiques de la part des législateurs américains qui assurent que les compagnies iraniennes sont utilisées pour le transport d'armes et de troupes vers des zones de conflit. Des accusations similaires à celles formulées par Israël, que Téhéran avait qualifié d'«absurdes» et faites «sans l'ombre d'une preuve», en novembre dernier.

Iran Air, la compagnie nationale iranienne, et l'avionneur américain avaient par ailleurs signé en décembre leur plus gros contrat depuis près de 40 ans, portant sur l'achat de 80 appareils d'une valeur de 16,6 milliards de dollars.

Lire aussi : L'Iran affirme avoir négocié ses 80 Boeing moitié prix

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.