Neuralink, la nouvelle entreprise d'Elon Musk qui veut connecter le cerveau humain aux ordinateurs

Neuralink, la nouvelle entreprise d'Elon Musk qui veut connecter le cerveau humain aux ordinateurs© Rebecca Cook Source: Reuters
Elon Musk
Suivez RT France surTelegram

Le milliardaire qui a la tête dans les étoiles avec Space X et qui est à la pointe de l'innovation dans le domaine des nouveaux moyens de transport avec Tesla s'engage désormais dans le transhumanisme.

Selon le Wall Street Journal (WSJ), l'entrepreneur Elon Musk est impliqué dans la création d'une nouvelle entreprise baptisée Neuralink, dont le but sera d'établir un lien direct entre le cerveau humain et les ordinateurs. Pour ce faire, l'entreprise enregistrée en Californie en juillet 2016 en tant que société spécialisée en recherche médicale souhaite concentrer ses recherches sur l'implantation d'électrodes dans le cerveau humain.

La start-up espère ainsi créer des «ordinateurs crâniens» pour traiter des maladies telles que l'épilepsie, la dépression ou encore la maladie de Parkinson. A terme, elle envisage d'aider les humains à fusionner avec des logiciels pour leur permettre de suivre le rythme des progrès de l'intelligence artificielle. Il pourrait alors être possible de communiquer directement avec les ordinateurs, ou encore de leur transférer pensées et mémoires.

Elon Musk et sa vision transhumaniste

L'entrepreneur parfois qualifié de visionnaire a déjà laissé transparaître son grand intérêt pour ce domaine, notamment lors du sommet pour le gouvernement mondial à Dubaï, en février : «Avec le temps, je pense que nous verrons une fusion plus étroite de l'intelligence biologique et de l'intelligence numérique.»

Un sujet qui lui tient manifestement à cœur puisqu'il avait émis l'idée d'un «lacet neuronal» en juin dernier, à l'occasion d'une conférence organisée par Recodes. Il l'avait défini comme une «couche digitale» qui se situerait sur le système limbique et le cortex afin que les humains fusionnent de façon symbiotique avec une intelligence digitale, soulignant les bénéfices que ce type d’appareil pourrait apporter à l’humanité et à l’évolution. Les bases de Neuralink étaient en quelque sorte posées.

Mais ce type de projets ne va pas sans poser de questions d'éthique. Le fantasque homme d'affaires a lui-même par le passé mis plusieurs fois en garde contre les dangers de l'intelligence artificielle, estimant qu'elle représentait potentiellement la plus grande menace sur la vie humaine.

«Vous connaissez ces histoires où il y a un gars muni d'un pentagramme et d'eau bénite, et il est persuadé qu'il peut contrôler le démon ? Cela ne marche pas», avait-il ainsi déclaré lors d'un symposium en octobre 2014.

Lire aussi : Une compagnie d'assurance japonaise remplace ses employés par une intelligence artificielle

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix