Le taux de chômage baisse légèrement en 2016, pour la deuxième année consécutive

- Avec AFP

Le taux de chômage baisse légèrement en 2016, pour la deuxième année consécutive© Stephane Mahe Source: Reuters
(Photo d'illustration)

L'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) a publié le 16 février son bilan de l'année 2016 sur le chômage en France. Ce rapport révèle une légère reprise de l'emploi.

Pour la deuxième année consécutive, le taux de chômage a légèrement baissé (-0,2 point) en 2016, pour s'établir à 9,7% en métropole et 10,0% sur l'ensemble du territoire français, a annoncé l'Insee le 16 février. L'indicateur, mesuré par l'Institut national de la statistique selon les normes du Bureau international du travail (BIT), a terminé l'année sur une baisse de 0,1 point, mais le taux du troisième trimestre a été révisé à la hausse, à 9,8% en métropole (au lieu de 9,7%) et à 10,1% avec l'outre-mer (au lieu de 10,0%).

Ces évolutions sont toutefois à analyser avec prudence, car elles se situent dans la marge d'erreur de l'indicateur (+/-0,3 point).

Au total, l'Insee a comptabilisé, fin 2016, 2,78 millions de chômeurs en métropole, soit 68 000 en moins (-2,4%) sur l'année. Parmi eux, 1,2 million recherchaient du travail depuis au moins un an. Le taux de chômage de longue durée diminue à 4,2% de la population active (-0,1 point).

Au quatrième trimestre comme sur l'année, la baisse du chômage est portée par les jeunes (15-24 ans), qui restent malgré tout les plus touchés par le fléau. Leur taux s'établit à 23,3%, en baisse de 1,7 point sur ce trimestre et de 0,7 point sur un an. Quand aux seniors (50 ans ou plus), avec un taux de chômage de 6,7%, leur situation est stable sur un an, malgré une amélioration en fin d'année (-0,4 pt).

La tendance enregistrée par l'Insee se rapproche de celle de Pôle emploi, qui a vu partir 17 400 personnes de sa catégorie A (sans activité) sur le dernier trimestre et 107 400 sur l'année 2016. Mais les baisses enregistrées sur le trimestre et sur l'année sont à nuancer par le fait que le «halo autour du chômage» est, lui, en hausse. Ces personnes souhaitant travailler, mais non comptabilisées parce qu'elles ne cherchent pas activement ou ne sont pas disponibles immédiatement, étaient 1,5 million au quatrième trimestre, un nombre en augmentation de 21 000 sur le dernier trimestre de l'année et de 65 000 sur un an.

En revanche, le nombre de personnes en sous-emploi, c'est-à-dire qui souhaiteraient travailler davantage, continue de diminuer (-0,1 pt sur le trimestre, -0,4 pt sur l'année), à 6,2%. Il s'agit, pour l'essentiel, de travailleurs à temps partiel subi.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»