FMI : la Grèce a trois semaines pour s'entendre avec ses créanciers... ou c'est la catastrophe

FMI : la Grèce a trois semaines pour s'entendre avec ses créanciers... ou c'est la catastrophe© LOUISA GOULIAMAKI Source: AFP
Une manifestation anti-austérité à Athènes, en septembre 2016
Suivez RT France surTelegram

L'organisation internationale estime que si la Grèce ne parvient pas à convaincre ses créanciers européens d'alléger sa dette d'ici le 20 février, le pays ne parviendra pas à venir à bout de celle-ci – et connaîtra de vives turbulences politiques.

Même si de nouvelles mesures d'austérité étaient prises en Grèce, la crise de la dette que connait le pays est condamnée à être «explosive», a prévenu le Fond monétaire international (FMI), cité notamment par la presse britannique. La dette d'Athènes atteint désormais 176% du PIB selon l’institution financière, malgré des coupes dans le budget public réalisées par le gouvernement d'Alexis Tsipras qui n'avaient pas manqué de provoquer de fortes mobilisations sociales, le Premier ministre ayant été élu sur un programme de rupture anti-austérité.

Dans un rapport confidentiel ayant fuité la semaine dernière dans la presse, le FMI se montre extrêmement pessimiste quant à la capacité de la Grèce à se tirer de ce bourbier budgétaire – quelles que soient les politiques mises en place dans l'urgence : «La Grèce ne peut pas sortir [d'elle-même] de son problème d'endettement», indique sans ambages le document.

La solution à ce problème ne dépend pas d'Athènes, selon l'institution internationale basée à Washington : «La Grèce a besoin d'un allègement de dette conséquent de la part de ses partenaires européens, afin de restaurer la viabilité de sa dette.» Le pays a en effet jusqu'à juillet 2017 pour rembourser environ 3,8 milliards d'euros à la Banque centrale européenne (BCE). Un compromis doit donc être trouvé entre Athènes et ses créanciers européens au plus vite – et tout particulièrement d'ici le 20 février, date du prochain sommet des ministres des Finances de l'eurozone. Dans le cas inverse, s'inquiète le FMI, une crise politique pourrait bien survenir.

Lire aussi : Hollande plaide pour un «allègement du fardeau de la dette» grecque

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix