En un seul tweet, Donald Trump provoque un mini-krach de l'action Boeing

En un seul tweet, Donald Trump provoque un mini-krach de l'action Boeing
L'avion présidentiel «Air Force One», construit sur la base d'un Boeing 747, photo ©Kevin Lamarque/Reuters

Le président élu s'en est pris au géant aéronautique qui prépare un nouvel Air Force One flambant neuf pour 2024. Pour Donald Trump, c'est de l'argent jeté par les fenêtres, et il l'a fait savoir sur Twitter.

Donald Trump n'a pas encore prêté serment en tant que 45e président de la première puissance mondiale. Mais Twitter semble lui conférer un pourvoir plus grand encore. Peut-être est-ce la raison pour laquelle, depuis son élection, le président élu ne cesse ses sorties fracassantes sur les réseaux sociaux. Cette fois-ci, il s'en est pris à Boeing, à qui il reproche un avion présidentiel facturé trop cher.

«Boeing construit un Air Force One neuf pour les futurs présidents. Mais les coûts s'envolent : plus de 4 milliards de dollars. Annulez la commande !», a-t-il ainsi tweeté. Donald Trump a ensuite précisé sa pensée concernant le coût de ce Boeing 747 spécialement aménagé lors d'un bref échange avec la presse : «Je pense que Boeing tripatouille un peu les chiffres. Nous voulons bien que Boeing gagne de l'argent mais pas autant que ça.»

Le tweet accusateur de Donald Trump a toutefois brièvement affecté le cours de l'action Boeing, qui a marqué une chute brutale en Bourse, avant de se reprendre un peu.

Boeing, qui construit des avions pour chaque président depuis 1943 s'est contenté de répondre que l'avion sous contrat ne coûtait pour l'heure que 170 millions de dollars. De quoi équiper «ces avions militaires extrêmement complexes, qui servent les besoins uniques du président des Etats-Unis».

L'US Air Force a prévu un budget total de trois milliards de dollars pour les deux exemplaires de la flotte à livrer en 2024, mais les dérapages budgétaires ont été fréquents dans le passé. En 2009, Barack Obama avait mis le holà au programme d'hélicoptère présidentiel, Marine One, dont le coût, totalement hors de contrôle, avait fini par dépasser les 11 milliards de dollars.

Lire aussi : Twitter n'hésitera pas à supprimer le compte de Donald Trump si celui-ci enfreint les règles

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»