Corruption à l'étranger : les députés veulent que la France imite la législation américaine

- Avec AFP

© Benoit Tessier Source: Reuters

Les députés ont adopté un amendement au projet de loi Sapin II pour que, comme aux Etats-Unis, la justice puisse poursuivre des entreprises responsables de faits de corruption à l'étranger, y compris si ces entreprises ne sont pas basées en France.

Le projet de loi Sapin II vise à faciliter la poursuite des faits de corruption commis par une entreprise française à l'étranger. 

Mais les amendements de la socialiste Karine Berger et de Olivier Marleix (Les Républicains) vont plus loin, donnant une sorte de «compétence universelle» à la justice française : celle-ci pourra s'en prendre à toute entreprise qui exerce «tout ou partie de son activité économique» en France et qui commet des faits de corruption et de trafic d'influence à l'étranger.

Cet amendement avait déjà été adopté en première lecture mais avait été ensuite supprimé au Sénat, les sénateurs le jugeant trop large.

Lire aussi : Pédophilie, espionnage, corruption : les sombres coulisses du Quai d'Orsay dévoilées

Pour Karine Berger, «cette affirmation de la compétence française constituerait une bonne contremesure, face à l’affirmation de leur compétence par les pouvoirs publics américains». 

«L’affirmation de la compétence française permet aussi d’atteindre les entités du numérique, souvent dépourvues de filiales françaises/établissement stable au sens fiscal et pénal», juge-t-elle dans l'exposé des motifs de son amendement.

 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales