Liste des paradis fiscaux : le Panama envisage des représailles économiques contre la France

Vue générale de Panama City Source: Reuters
Vue générale de Panama City

Le Panama, au cœur des révélations du scandale des «Panama papers», a annoncé le 5 avril qu'il envisageait des représailles économiques contre la France qui va réinscrire le pays d'Amérique centrale sur sa liste des paradis fiscaux.

«Au Panama, il existe une loi qui prévoit des mesures de rétorsion contre les pays qui incluraient le Panama sur les listes grises», a déclaré lors d'une conférence de presse le directeur de cabinet de la présidence, Alvaro Aleman.

Le Panama a réagi alors que le ministre des Finances Michel Sapin a assuré ce mardi que la France allait réinscrire le Panama sur sa liste des Etats et territoires non-coopératifs (ETNC) en matière fiscale, en raison des révélations du scandale des «Panama papers».

Le Panama «a voulu nous faire croire qu'il était en capacité de respecter les grands principes internationaux. Il a pu obtenir ainsi de ne plus être inscrit sur la liste noire des paradis fiscaux», a rappelé le ministre des Finances, interrogé à l'Assemblée nationale.

La France avait retiré le Panama de sa liste de territoires non-coopératifs le 1er janvier 2012, après la signature d'une convention avec les autorités panaméennes sur la lutte contre l'évasion fiscale.

Lire aussi : Panama papers : «La plus grosse fuite de l’histoire» sur l'évasion fiscale rendue publique

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales