Les hôtels belges perdent leur clientèle de manière vertigineuse depuis les attentats de Bruxelles

La réception du Chelton Hotel© Capture d'écran, site Chelton Hotel
La réception du Chelton Hotel

Les attentats de Bruxelles et l’état d’alerte dans le pays ne passent pas inaperçus, surtout pour les hôtels. Des employés de différents hôtels de la capitale, cités par La Libre qualifient la situation actuelle de «catastrophique».

«La situation est tout simplement catastrophique ! Nous disposons de 165 chambres, mais seules 11 étaient occupées ce lundi, et 13 ce mardi», a expliqué un réceptionniste de l’hôtel NH Brussels, situé à deux pas de la cathédrale Saint-Michel-et-Gudule, cité par le quotidien belge La Libre

D’après lui, la clientèle de l’hôtel est principalement composée d’hommes d’affaires qui travaillent aux institutions européennes. «Ils prennent le métro à gare Centrale pour se rendre à Schuman, tandis que nous avons davantage de touristes le week-end. Mais actuellement, on enregistre une fréquentation de même pas 15% !», a-t-il conclu.

Une «importante vague d’annulation» a été aussi constaté au Chelton Hotel, situé non loin de la place Schuman. «Nous avons ici 55 chambres et il nous en reste environ 41 de disponibles. Nous sommes souvent complets dans ce quartier de Bruxelles, mais là c’est quasiment désert. Vivement que l’aéroport de Zaventem rouvre ses portes !», a indiqué son employé.

Pour l’hôtel Marivaux en plein centre-ville, la semaine était assez dramatique comme il a enregistré plusieurs annulations. «Parmi nos 95 chambres, 70% sont occupées. La situation était plus problématique la semaine dernière puisque nous avions moins de 50 % de fréquentation», a fait savoir Adriano Currenti, directeur commercial du Marivaux.

La situation du Jolly Hotel, situé sur la place du Grand Sablon, n’est pas réjouissante non plus, avec un taux de fréquentation de seulement 25% sur les 196 chambres disponibles. «Quasiment toutes les réservations ont été annulées le jour des attentats. On espère vivement que les touristes vont revenir car cela ne peut plus durer», a déploré un réceptionniste.

Selon le directeur de la nouvelle Agence Bruxelloise du Tourisme Patrick Bontinck, il est tôt pour «tirer des conclusions trop hâtives car nous avons un aéroport qui est fermé donc il faut attendre avant de voir si ces attentats ont un impact réel sur le tourisme en Région bruxelloise».

La Belgique est en état d’alerte depuis les attaques meurtrières qui ont frappé sa capitale le 22 mars. Une double explosion dans le hall de l'aéroport de Zaventem et une autre dans le métro à la station Maelbeek a coûté la vie à plus de 30 personnes.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales