Le Brésil renonce au dollar pour aider l’Iran à se défaire de sa dépendance aux Etats-Unis

Le président iranien Hassan Rohani© Alessandro Bianchi Source: Reuters
Le président iranien Hassan Rohani

La présidente Dilma Rousseff acceptera les paiements de l’Iran en euro ou dans d’autres devises pour les achats d’avions, de voitures et autre machines, a officiellement annoncé le ministre brésilien du Commerce, Armando Monteiro.

Armando Monteiro est le premier fonctionnaire brésilien à confirmer que la plus grande économie d’Amérique latine acceptera désormais des paiements de la République islamique dans une autre monnaie que le dollar. Après des années de sanctions économiques qui l'ont empêchée d'utiliser le système financier américain, l'Iran tente de se détourner de ce dernier. 

Le ministre a ajouté que Dilma Rousseff pourrait se rendre en Iran cette année, en vue de développer les exportations.

«Tout le monde court après l’Iran maintenant […] Le potentiel commercial est très important», s’est réjoui le ministre brésilien du Commerce, ajoutant que son pays trouverait «des moyens de régler les paiements, le type de paiement et la devise».

Lire aussi : La ruée vers l’eldorado iranien est lancée

Après avoir trouvé, en juillet dernier, un accord sur la question du nucléaire iranien qui a eu pour conséquence la levée des sanctions économiques, Téhéran cherche désormais à vendre son pétrole en euros afin de s'émanciper de sa dépendance vis-à-vis du dollar américain.

En savoir plus : L'Iran va augmenter sa production de pétrole de 500 000 barils par jour

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales