Prix plafond : la Russie pourrait réduire sa production de pétrole de 500 à 700 000 barils par jour

- Avec AFP

Prix plafond : la Russie pourrait réduire sa production de pétrole de 500 à 700 000 barils par jour© Kirill KUDRYAVTSEV Source: AFP
Siège du groupe pétrolier public russe Rosneft à Moscou photographié en 2021 (illustration).
Suivez RT France surTelegram

Le vice-Premier ministre russe, Alexandre Novak, a annoncé que la Russie pourrait réduire sa production de pétrole début 2023, en réponse à l'introduction par l'UE, le G7 et l'Australie d'un plafonnement du prix du brut russe.

«Au début de l'année prochaine, nous pourrions procéder à une réduction [de la production] de 500-700 000 barils par jour. Pour nous, c'est environ 5-7%», a déclaré ce 23 décembre le vice-Premier ministre russe, Alexandre Novak, en charge de l'Energie, cité par l'agence de presse russe Tass. 

Début décembre, les 27 pays de l'Union européenne, le G7 et l'Australie se sont mis d'accord sur un prix maximum de 60 dollars pour le pétrole brut d'origine russe transporté par voie maritime, afin de tenter de limiter les revenus de la Russie. 

Ainsi, seul le pétrole vendu par Moscou à un prix égal ou inférieur à 60 dollars pourra continuer à être livré dans des conditions normales. Au-delà de ce plafond, il sera interdit pour les entreprises de fournir les services permettant le transport maritime (fret, assurance, etc.). 

L'objectif affiché de cette nouvelle sanction occidentale est d'assécher une partie des revenus substantiels que la Russie tire de la vente de ses hydrocarbures et ainsi diminuer sa capacité à financer son opération militaire en Ukraine. 

L’Opep+ n'a pas plié face à Washington

Quelques jours après l'introduction du plafonnement du prix du brut russe, le président Vladimir Poutine avait menacé l'Occident de «réduire la production si nécessaire», et dénoncé une «décision stupide».

Actuellement, l’Urals, référence de prix pour le brut russe, se négocie nettement en dessous du plafond décidé par les pays occidentaux, aux environs de 52 dollars le baril, un prix équivalent à celui du brut canadien. Les références en Europe (Brent) et en Amérique du Nord (WTI) valent respectivement 82,4 et 79 dollars.

Début octobre, les membres de l’Opep+ – l’Opep et des pays producteurs comme la Russie – sont convenus de réduire leur production globale de deux millions de barils par jour, à la grande fureur de Washington, pour soutenir les cours. Leur réunion de décembre n’a pas modifié cette politique.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix