Gims, ou le paradoxe du salafiste 2.0, par Nesrine Briki

Gims, ou le paradoxe du salafiste 2.0, par Nesrine Briki Source: AFP
Gims lors de sont concert au Stade de France
Suivez RT France surTelegram

A l'occasion de la nouvelle année, le rappeur Gims a publié une vidéo dans laquelle il demandait à ses fans de ne plus lui «souhaiter une bonne année» car cela contrevenait aux valeurs islamiques. L'analyse de Nesrine Briki, professeur et auteur.

Un bon nombre de pays arabo-musulmans avait fêté la fin de cette année en grandes pompes, y compris l'un des pays les plus conservateurs du Golfe : à savoir l'Arabie saoudite.

Cette matrice qui a vu naître le wahabisme, berceau d'une des doctrines les plus rigides et des plus orthodoxes de l'islam sunnite, avait investi des sommes colossales pour ce réveillon 2022.

Sur la même terre que La Mecque, l'endroit le plus hautement symbolique de l'islam, le ciel s'était rempli de feux d'artifice, les prouesses pyrotechniques furent à couper le souffle, sans oublier les multiples concerts données par des stars de la chanson arabe, tout a été fait pour que les festivités soient grandioses.

En outre, pour la première fois dans l'histoire proche de ce pays, les décorations et sapins de Noël firent leur apparition dans certains centres commerciaux et boutiques.

Les signes d'ouverture montrée par l'Arabie saoudite se font dans le cadre «Vision 2030», un projet entrepris par le prince héritier Mohamed Ben Salmane, visant, entre autre, à moderniser le pays et à anticiper la fin d'un modèle économique fondé sur le pétrole, notamment en investissant dans le tourisme de luxe.

 

Presqu'au même moment, à quelques milliers de kilomètres de là, en France, pays des Lumières, Gims publie une vidéo dans laquelle il s'agace et s'indigne car on lui aurait souhaité la «bonne année». Pour ceux d'entre vous qui ne connaissent pas cette personnalité, se faisant anciennement appeler Maître Gims, il s'agit un chanteur de rap et de variété  française, il est entre autres connu pour ses titres Sapé comme jamais ou encore Bella. 

D'après sa fiche Wikipédia, d'origine congolaise, il vit en France depuis l'âge de deux ans et en 2004, il se convertit à l'islam. Une année plus tard, il rejoint le mouvement fondamentaliste des Frères du Tabligh, mot arabe signifiant «délivrer le message», qu'il quittera par la suite en le qualifiant de secte. Ce qui ne l'empêchera en rien d'avoir une brillante carrière artistique. En 2018, il est le 7e artiste le plus joué au monde sur la plateforme Deezer et en 2019, il remplit le Stade de France avec 72 000 spectateurs. 

Revenons à la vidéo postée le premier jour de cette année 2022, vêtu d'un kamis (vêtement masculin islamique, utilisé généralement pour la prière), coiffé d'une casquette Chanel, les yeux abrités derrières des lunettes dorées, le rappeur, sur un ton agacé et las, admonestait ses fans, spécialement les musulmans, qui avaient eu l’outrecuidance de présenter leurs vœux pour cette nouvelle année  : «S’il vous plaît, laissez-moi avec les "bonne année, le Nouvel An", laissez-moi avec ça. Vous savez bien que je n'ai jamais répondu à ça et vous continuez à m'envoyer des "bonne année". Les muslims arrêtez ça ! Ce sont eux qui envoient la plupart des "bonne année".»

Il poursuit en justifiant les raisons de son exaspération : «Les frères, on ne fête pas ça, est-ce que les compagnons ont fêté le nouvel an ? Abou Baker Essedik, radya lah anhou, [formule islamique signifiant qu'Allah l'agrée], Omar, Othmane Ibn Affane ?»

Les «compagnons» auxquels le chanteur faisait référence étaient les premiers disciples du prophète Mohamed, considérés comme quasi-sacrés par certaines branches sunnites, ils sont d'ailleurs appelés  al-Salaf al-Ṣaliḥ, pouvant se traduire par «les pieux ancêtres», les noms énumérés par le rappeur font partie des figures les plus emblématiques des «compagnons», ou «califes bien guidés.»

Ces derniers sont également à l'origine du premier schisme survenu dans l'islam : certains des compagnons pensaient qu’Ali ibn Abi Talib était le plus légitime pour succéder au prophète Mohamed mais celui-ci sera finalement écarté au profit d'Abou Baker et c'est ainsi que le sunnisme et le chiisme étaient nés. Ces deux branches islamiques ennemies furent et sont la cause de nombreux conflits.

«Je souffre aussi pour les anniversaire. Non, les gars, s'il-vous-plaît, arrêtez ! Ça ne fait pas partie de nos convictions», ajoute le rappeur car pour de nombreuses branches de l'islam rigoriste, les fêtes d'anniversaires sont interdites car considérées comme une bid'aa, une innovation venue après le temps du prophète et de ses compagnons.

Le chanteur poursuit : «Venez, on se concentre sur nos trucs à nous. Restons forts sur nos valeurs, nos trucs à nous. Pendant l’Aïd, tous ceux qui font Thanksgiving, tranquille, ils ne font pas l’Aïd. Noël, on respecte mais ce ne sont pas nos fêtes.»

La seule musique que Gims serait autorisé à faire est le tajwid, soit des incantations religieuses chantées a cappella, les instruments étant aussi interdits

Ainsi, par cette démarche, Gims prend ses distances et désavoue publiquement les valeurs de  l’Occident «mécréant» en exhortant implicitement ses fans à en faire de même.

Le ton moralisateur de la vidéo ne fut pas du tout apprécié, les réactions furent nombreuses, surtout de la part des commentateurs se présentant comme musulmans, certains n'hésitant pas à souligner le paradoxe voire l'hypocrisie de telles déclarations.

En effet, la doctrine sous-jacente dans le discours du rappeur est le salafisme. Souvent apparenté au wahabisme des Saoudiens, il s'agit d'un mouvement rigoriste revendiquant un retour aux pratiques en vigueur aux premiers temps de l'islam.

En théorie, les adeptes des différentes branches du salafisme (car oui, il en existe plusieurs) doivent vivre le plus possible comme le faisaient le prophète et ses compagnons, cela peut concerner la manière dont il faut prier, la façon de se vêtir, ou encore celle de manger...

Selon  la logique soutenant ce système de pensées, il est effectivement haram (illicite) de souhaiter une bonne année ou un joyeux anniversaire, parce que cela n'existait pas dans les premiers temps de l'islam.

Par conséquence, le fait de porter une casquette et des lunettes dorées valant un SMIC, de poster des vidéos ou encore d'utiliser les réseaux sociaux est dans ce cas tout autant interdit puisque le prophète et ses compagnons ne le faisaient pas.

Mieux, un hadith (récit issu de la tradition islamique) interdit explicitement la musique : «Il y aura des gens de ma communauté qui vont boire du vin et l'appelleront par un autre nom, il y aura des instruments de musique et des chanteuses qui vont chanter pour eux. Allah va les ensevelir dans la terre et va faire d'eux des singes et des porcs»¹.

Partant de ce principe, la seule musique que Gims serait autorisé à faire est le tajwid, soit des incantations religieuses chantées a cappella, les instruments étant aussi interdits.

Le chanteur illustre l'exemple un peu caricatural du salafiste moderne qui vit en Occident ; évoluer et interagir au XXIe siècle tout en voulant adopter un code de conduite et une structure mentale attachés au VIIe, vivre dans un monde cerné et régie par la technologie, mais refuser l'état d'esprit qui l'a rendu possible, forcément, cela finit par générer des incohérences et des paradoxes !

Nesrine Briki

1.  (Rapporté par Ibn Maja dans ses Sounan n°4020 et authentifié par cheikh Albani dans sa correction de Sounan Ibn Maja)

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix