Human Rights Watch : La coalition bombarde régulièrement des endroits bondées au Yémen

Source: Reuters

Une frappe aérienne contre un mariage est devenue l’incident le plus meurtrier depuis le début du conflit au Yémen. Belkis Wille, chercheuse à Human Rights Watch a confié à RT que des précédents existent.

RT : C’est l’incident impliquant des civils le plus meurtrier depuis le début du conflit au Yémen. Comment pouvez-vous expliquer un tel nombre de victimes ?

Belkis Wille, chercheuse de Human Rights au Yémen et au Koweit (B.W.) : Il y a eu nombreuses frappes aériennes depuis le début de la guerre, qui ont provoqué beaucoup de morts parmi les civils. Depuis le début de la guerre, j’ai documenté plusieurs frappes sur des marchés, parce que les marchés sont bondés. 60-65 personnes, tous des civils tués dans une seule frappe. Conformément aux lois de la guerre, on ne peut pas les prendre pour cible, surtout quand il n’y a pas de militaires autour.

RT : Pensez-vous que les milices sont à blâmer ?

B.W. : En vertu des lois de la guerre, il existe un principe clé, celui de la proportionnalité. S’il y a, par exemple, un combattant houthiste qui déjeune dans un restaurant au milieu d’un marché et la coalition menée par l’Arabie saoudite décide de bombarder l’ensemble du marché et tuer 65 civils juste pour atteindre ce combattant houthiste parce qu’il déjeune là-bas, cela ne répond pas à la condition de proportionnalité.

RT : L’ONU et les groupes des droits de l’Homme ont critiqué ces frappes aériennes. Comment les civils peuvent être protégés ?

B.W. : Le Conseil des droits de l’Homme se rencontre à Genève. Il est encourageant d’entendre qu’ils ont présenté une résolution proposée par les Pays-Bas qui prévoit un mécanisme d’enquête qui enquêtera sur les graves violations commises par les deux belligérants au Yémen. La résolution aura pour but d’examiner les violations, notamment celles de la coalition, y compris les crimes de guerre. Cela sera un premier pas important des Nations unies pour montrer que les graves violations constatées seront prises au sérieux.

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales