Journaliste, Xenia Fedorova a rejoint RT en 2005. Après avoir sillonné l’Europe et la Russie plusieurs années, elle a endossé divers rôles de direction au sein du groupe. Elle est aujourd’hui Présidente et directrice de l’information de RT France.

Présidente de RT France : «Les médias mainstream ont cessé de faire leur travail»

Présidente de RT France : «Les médias mainstream ont cessé de faire leur travail» Source: Sputnik

L'émergence de RT France comme une source d'information, puis l'annonce du lancement d'une chaîne d'actualité en français semblent agiter le Landerneau médiatique français. Xenia Fedorova dénonce une campagne de dénigrement constante.

Depuis quelques mois, je suis le témoin privilégié d’un phénomène que je n’aurais jamais cru possible dans le pays de Voltaire, célèbre dans le monde entier pour sa liberté d’expression comme pour son appétence pour le débat. Ce phénomène a pour objet la campagne de dénigrement permanent dont est victime RT France, la chaîne de télévision d’information continue… dont le lancement n’a même pas encore eu lieu !

En dépit de ma détermination à ne pas sombrer dans le complotisme, il me faut me rendre à l’évidence. Comment expliquer autrement cet interminable écho de voix médiatiques, répétant inlassablement mot pour mot les mêmes accusations, qu’aucun fait établi ne vient pourtant jamais corroborer, attribuant à RT des sujets jamais diffusés, des papiers jamais écrits, ou même des objectifs secrets reposant sur de pures spéculations ? Le plus triste, c’est que ces accusations pourraient aisément être réfutées en à peine quelques minutes de recherche, ce que tout journaliste digne de ce nom devrait faire avant publication. Pourtant, dès lors qu’il est question de RT, il semble que ces élémentaires vérifications soient rarement, voire jamais effectuées, comme si les médias mainstream n’entendaient pas laisser les faits faire obstacle à leurs scénarios alarmistes pré-écrits.

Durant cette année d’élection présidentielle, cette presse grand public, qui accuse RT de partialité, n’a pour l’essentiel produit qu’une gigantesque et concertée campagne de promotion pour le candidat de son choix, répétant à l’envi les éléments de langage forgés par ses équipes. Dans le même temps, l’équipe de campagne en question nous instrumentalisait dans les grandes largeurs : que la moindre chute de popularité du candidat survienne, le plus petit décrochage dans les sondages, et ce ne pouvait être que le résultat de la propagande insidieusement menée par RT ! Sans pour autant accorder l'accès de son QG de campagne dont toute la presse bénéficiait pourtant à des journalistes qui ne souhaitaient que faire leur travail. Une fois la victoire acquise, le nouvel élu s'est empressé de montrer la voie, s'en prenant ouvertement et publiquement à la petite équipe de journalistes de notre site internet. Pourtant, cette fois encore, pas un seul fait pour étayer ces sempiternelles allégations, pas un seul exemple factuel de nos prétendues pratiques malfaisantes.

En répétant tels des perroquets ces accusations sans jamais chercher à les remettre en question, les médias mainstream ont avant tout tourné le dos à leurs responsabilités, cessé de faire leur travail. Ironie du sort : ces médias qui alertaient partout sur la nécessité impérieuse de lutter contre les fake news en sont devenus les principaux propagateurs. Aujourd'hui, il est devenu totalement acceptable, voire très tendance, de porter des accusations contre RT, quel qu'en soit le ridicule.

Couverture des Inrockuptibles du 20 septembre 2017 consacrée au lancement de la chaîne RT France

Il semblerait même que succomber à cette mode du RT-bashing soit devenu plus important pour ces médias que d’assurer la couverture d'événements bien plus sérieux qui devraient pourtant tous nous préoccuper, journalistes comme citoyens. La lutte contre Daesh, la crise humanitaire au Yémen, les atteintes aux droits de l'homme en Arabie saoudite ou la montée du racisme et du néonazisme, aux Etats-Unis comme en Europe, sont-ils soudain devenus des sujets secondaires ?

C'est en tout cas l'opinion que doivent entretenir les lecteurs de cette presse grand public dont la consommation semble inciter à penser qu'il n'est de plus pressante menace pour l'ordre mondial que l'arrivée de RT France dans le paysage audiovisuel français !

S'il est vrai que RT France est un média en ligne qui connaît une forte croissance, il ne faut pas pour autant oublier que nous ne sommes qu'une petite équipe, une voix sur la scène médiatique française parmi des centaines, et même des milliers d'autres ! Prétendre que nous serions en mesure de peser sur les élections ou la politique menée par un pays – ce qui n'entrera jamais dans nos intentions, étant l'antithèse de la pratique journalistique – est tout simplement absurde.

La clé de notre succès est précisément de donner la parole à un large spectre d'acteurs de la société, politiques comme sociaux. Or le public, et en particulier sa frange la plus jeune, est las de cette couverture à sens unique, de lire les mêmes papiers, les mêmes mensonges partout. C'est cette perte de confiance du lectorat qui menace réellement les médias mainstream, et certainement pas le lancement de la chaîne d'info de RT France !

Cette fameuse chaîne verra le jour en décembre 2017, comme l'a validé le CSA. Notre équipe recrutée localement et donc composée de journalistes francophones, traitera de l'actualité tant nationale qu’internationale avec à l'esprit les valeurs-clés de RT : l'exploration en profondeur de sujets sous-traités ailleurs, la couverture d'événements d'un point de vue alternatif, et surtout, le décloisonnement de la chambre d'écho médiatique, afin d'offrir à nos téléspectateurs une vision plus globale et plus complète des événements. Alors, enfin, notre audience pourra nous juger. Sur notre travail. Ni plus, ni moins.

Xenia Fedorova​

Présidente de RT France

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.