Ted Malloch, le probable ambassadeur américain auprès de l'UE : «L'homme de Davos est mort»

Ted Malloch, le probable ambassadeur américain auprès de l'UE : «L'homme de Davos est mort»© Ruben Sprich Source: Reuters

Alors que de nombreux députés européens se sont battus contre le choix du président américain Donald Trump pour le poste d'ambassadeur à Bruxelles, RT s'est entretenu avec Ted Malloch pour recueillir son opinion personnelle sur la question.

Le présentateur de l'émission Going Underground de RT, Afshin Rattansi, a parlé avec Ted Malloch, candidat de Donald Trump au poste d'ambassadeur auprès de l’UE. Cet ancien chef adjoint de la Commission économique des Nations unies pour l’Europe est aussi professeur à la Henley Business School en Angleterre.

RT : Le Parlement européen essaye d’opposer son veto à votre nomination comme prochain ambassadeur des Etats-Unis auprès de l’Union européenne. Qu'est-ce que cela vous inspire ?

Ted Malloch (T.D.) : Ils n'ont pas dû remarquer que Donald Trump avait remporté l'élection américaine. Bien entendu, les ambassadeurs sont choisis par leur pays d'origine afin de le représenter, ainsi que ses intérêts nationaux, dans les capitales étrangères, dans le cas présent, à Bruxelles.

RT : Cela illustre-t-il le fait que les politiciens européens ne comprennent pas vraiment les relations de pouvoir avec Washington ?

T.M. : Je pense que tout cela a un sens. Mais il y a aussi un soupçon, en particulier dans certains milieux politiques de gauche en Europe, de voir Donald Trump partir ou d'assister au retour de Barack Obama dans quatre ans, de me traiter de noms comme «malveillant», ce qui nécessite une théorie du «bien et du mal» dont ils ne disposent pas.

Tout le monde a sous-estimé Donald Trump depuis un an et demi

RT : Dans quelle mesure les élites dans les capitales européennes et les principaux médias ne sont pas en phase avec ce qui concerne Donald Trump ?

T.M. : Je ne pense pas que c’est seulement en Europe mais que c'est le cas dans le monde entier. L’homme de Davos est mort. Le Davos World Economic Forum s'est déroulé récemment et bien sûr il y avait beaucoup de ringards. Les principaux orateurs étaient tous des gens qui quittaient leur fonction, par exemple, le secrétaire d'Etat américain John Kerry. Xi Jinping a été leur figure emblématique pour la mondialisation, et en effet, la Chine a été un bénéficiaire de la mondialisation. Les 300 millions d'emplois qui ont été créés en Chine sont un fait économique important, mais beaucoup de ces emplois ont été retirés des lieux bénis d'Europe occidentale et d'Amérique centrale.

RT : Dans le monde diplomatique, l'ambassadeur de Grande-Bretagne à Washington, Sir Kim Darroch, estime que «l'inexpérience de Trump pourra être exploitée par le Royaume-Uni». Est-ce que c'est sage pour la Grande-Bretagne d'avoir un diplomate qui pense comme ça ? 

T.M. : Bonne chance. Bien sûr, Donald Trump a suggéré que quelqu'un d'autre soit l'ambassadeur au Royaume-Uni, évidemment, cela ne s'est pas concrétisé et ne pouvait pas se produire. Tout le monde a sous-estimé Donald Trump depuis un an et demi. Dix-sept candidats politiques, la primaire républicaine, Hillary Clinton, la plus expérimentée et chevronnée professionnelle de la politique américaine... Que leur est-il donc arrivé à tous ?

Lire aussi : Brexit, Chine, Trump : le milliardaire controversé George Soros sort sa boule de cristal à Davos

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.