L'ECHIQUIER MONDIAL. Le printemps arabe : 10 ans après

Suivez RT France surTelegram

Il y a 10 ans, au Moyen-Orient naissait un mouvement de contestation qui s’est propagé à une vitesse phénoménale et dont les conséquences ont modifié le paysage géopolitique d’une région toute entière. Que reste-t-il aujourd’hui du printemps arabe ?

Il y a dix ans un vent de changements soufflait dans le monde arabe. Des centaines de milliers de personnes descendaient dans la rue pour exiger des réformes sociales, économiques et politiques. Pourtant, une décennie plus tard, le résultat est plutôt décevant. Première à vivre une révolution, la Tunisie n’a pas vraiment amélioré son bilan économique : le chômage reste élevé, la corruption ne recule pas. L’autoritarisme contre lequel s’est levée la population égyptienne n’a pas disparu non plus. Or, la pire conséquence du printemps arabe est l’apparition de trois nouveaux foyers de guerre : en Libye, en Syrie et au Yémen. Certains Etats ont cependant réussi à neutraliser la menace des révoltes populaires et ont fait tout pour qu’elles ne se reproduisent plus. Ainsi, l’Arabie saoudite et Bahreïn ont drastiquement renforcé la censure politique alors que la Jordanie et le Maroc ont démarré une série de réformes. Le Liban, l’Algérie, le Soudan et l’Irak, eux, sont secoués par une nouvelle vague de contestation qui a démarré en 2018.

Qu’est-ce qui est à l’origine de toutes ces révoltes dans le monde arabe ? Comment le printemps arabe a-t-il changé la carte géopolitique de la région ? Où en sont actuellement les pays affectés par la révolte populaire ? Pour répondre à ces questions, Oleg Shommer reçoit Kader Abderrahim, spécialiste du Maghreb et de l'islamisme, chercheur à l'IRIS et directeur de recherche à l'IPSE.

L'ECHIQUIER MONDIAL. Biélorussie : élections, répressions, sanctions

Cette émission contient des images distribuées selon la licenсe Creative Commons CC BY-SA 3.0 et CC BY-SA 4.0.

 

Découvrir plus de programmes

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix