L’OSCE salue le retrait des armes lourdes dans l’Est de l’Ukraine (VIDEO)

L’OSCE salue le retrait des armes lourdes de la ligne de front dans l’Est de l’Ukraine par les deux parties au conflit, a annoncé à RT Alexander Hug, directeur-adjoint de la mission spéciale de l’ OSCE en Ukraine.

L’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (l’OSCE) «a salué le fait que les deux parties avaient déclaré qu’elles prenaient des mesures pour assumer leurs responsabilités», a dit à RT Alexander Hug, directeur-adjoint de la mission spéciale de l’ OSCE en Ukraine, après l’annonce du début du retrait des troupes de Kiev.

Jeudi Alexandre Zakhartchenko, le chef des forces antigouvernementales, avait annoncé que ses forces avaient retiré plus de 90% de leurs armes lourdes de la ligne de front.

Alexander Hug a ajouté que  avait besoin de connaître l’emplacement, les routes et les lieux de stockage de l’artillerie lourde avant de pouvoir confirmer quoi que ce soit officiellement.

«L’OSCE doit connaître…non seulement l’endroit d’où les armes sont parties, mais aussi les itinéraires empruntés et, ce qui est le plus important, les lieux de stockage final des armes», a déclaré le porte-parole de l’OSCE. «Nous sommes près d’obtenir cette information sensible…nous ne la rendrons pas publique. Mais nous pourrons dire si les armes ont été retirées ou non».

A propos des demandes additionnelles de l’OSCE, Alexander Hug a déclaré : «Nous n’établissons pas de demandes, les exigences sont claires. L’accord de Minsk et notre mandat nous imposent de sortir et d’inventorier ce que font les parties».

En réponse aux délais de vérification de l’OSCE, Alexander Hug a répondu que les observateurs «ont toujours été dans la région», mais il y a une différence entre le contrôle et la vérification du retrait actuel».

Le retrait des armes lourdes est une mesure obligatoire imposée par les accords de cessez-le-feu signés à Minsk le 12 février. Selon cet accord, les deux parties doivent retirer leurs armes lourdes de la ligne de front pour former une zone tampon de 50 à 140 kilomètres, selon les types d’armes. Ce processus devrait être terminé d’ici le 1er mars.

Cependant, le retrait de l’artillerie lourde n’est pas assez pour l’OSCE. Alexander Hug a rappelé que l’organisation voulait constater la réalisation de tous les points des accords de . «Lorsque [les deux parties] respecteront les 13 points des accords de Minsk, nous serons capables d’en attester».

Alexander Hug a encore souligné que l’OSCE était la seule organisation chargée de la vérification de ce retrait. «Ce n’est pas aux parties de déclarer, ce n’est pas aux médias de supposer», a-t-il dit, en ajoutant que quand tout serait vérifié avec soin, l’OSCE «sera capable de le déclarer publiquement».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales