L’Eurogroupe approuve le plan de sauvetage de la Grèce

L’Eurogroupe a accepté les réformes proposées par la Grèce en échange d'une prolongation de son plan d'aide. L’Eurozone a débloqué le prêt de 172 milliards d'euros, prolongeant le programme d'aide actuel, dont à Athènes a besoin jusqu'en juin.

«Les procédures nationales pour la prolongation du programme grec peuvent commencer», a écrit le commissaire européen chargé de l’euro et du dialogue social Valdis Dombrovskis sur Twitter après la conférence téléphonique des responsables de l’Eurogroupe.

Hier soir à minuit, la  avait fait parvenir une liste de réformes économiques aux institutions européennes et au Fond monétaire international (FMI).

Le gouvernement grec «s’engage à travailler en étroite collaboration avec les partenaires et institutions européens ainsi qu’avec le Fond monétaire international et à prendre des mesures pour renforcer la viabilité budgétaire, garantir la stabilité financière et promouvoir la reprise économique», explique la lettre envoyée par le ministre des Finances Yanis Varoufakis lundi et publiée dans le papier grec Ekathimerini.

Le plan se concentre plus particulièrement sur la lutte contre la corruption et l’évasion fiscale. Il prévoit aussi des compromis sur des questions comme la réforme du travail et les dépenses sociales. La Grèce a promis de ne pas arrêter les dépenses sociales ou les privatisations en cours. Le premier-ministre grec Alexis Tsipras a dit que le gouvernement grec augmenterait les salaires minimaux dans la durée et pas immédiatement.

«Cette liste est suffisamment détaillée pour être un bon point de départ pour une bonne fin d’examen», a fait savoir mardi la Commission européenne.

«Nous appelons les autorités grecques à continuer de développer et d’élargir la liste des réformes basée sur la situation actuelle en étroite coordination avec les institutions», explique pour sa par l’Eurogroupe dans un communiqué.

Jeroen Dijsselbloem, président de l’Eurogroupe, a déclaré qu’il espérait que les développements de mardi «contribueront à la restauration de la confiance entre toutes les parties et aideront à remettre la Grèce sur les rails».

«Il est important de stabiliser la situation en Grèce, ce qui nous donne du temps pour travailler sur notre coopération future et surmonter cette période», a dit Jeroen Dijsselbloem aux législateurs de l’UE.

Le gouvernement grec envisage faire des économies grâce à la consolidation des fonds de pension et à la fin des échappatoires pour la retraite anticipée. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales