«Ici, c’est comme à la guerre», descente policière saoudienne dans une province rebelle de l’est

Un policier saoudien a été tué et quatre blessés lors de descentes dans une province de l’est dominée par les chiites, alors que les bombardements conduits par l’Arabie saoudite au Yémen ont suscité des craintes de diffusion du conflit.

Il est considéré que la descente de police dans la ville d’Amawiyah avait pour but d’apaiser le mécontentement des chiites de la majorité saoudienne sunnite. Le pays craint l’escalade des tensions suite aux derniers développements régionaux et allégations de discrimination.

Les habitants disent qu’il y a eu 30 arrestations, selon des rapports. Ils ont aussi accusé les autorités de sévir contre des manifestations antigouvernementales et de les utiliser comme une excuse pour les descentes. Les habitants de cette région veulent montrer leur mécontentement du bombardement de la coalition saoudienne des rebelles houthis au  voisin, qu’ils considèrent comme leurs frères dans la foi.

Ceci mis à part de la discrimination saoudienne des chiites latente présente dans presque chaque domaine de la vie publique.

«L’échange de feu» s’est rapidement transformé en fusillade, ce qui n’est pas rare dans cette province riche en ressources dominée par les chiites. Des incidents pareils se sont produits depuis 2011 quand les chiites (10 à 15% de la population du pays sur 29 millions d’habitation) ont décidé que c’en était assez et ont commencé à appeler à des manifestations semblables à celles du printemps arabe.

Des habitants rapportent avoir vu 40 véhicules blindés entrer dans la ville d’Amawiyah à 15h30 (12:30 GMT) dimanche. Un habitant sous couvert d’anonymat a annoncé à Middle East Eye que «la fusillade ne s’est pas terminée» avant 21 heures. «Les forces de sécurité tiraient au hasard sur les maisons et ont fermé toutes les routes qui menaient au village sauf une».

«Ici, c’est comme à la guerre – nous sommes assiégés», a-t-il ajouté.

Des habitants armés auraient engagé les forces de sécurité dans un échange de coups de feu. Des véhicules blindés auraient été vus dans la petite ville après le coucher du soleil à 21 heures (18:00GMT), alors que les forces saoudiennes ont établi des points de contrôle et des barrages routiers.

Le combat s’est produit après l’apparition de rumeurs locales concernant une manifestation antigouvernementale qui n’a pas eu lieu au final. «La manifestation a été annulée parce qu’on nous a dit d’être prudents. Si nous avions eu cette réunion, les forces de sécurité auraient tué chacun d’entre nous», a déclaré un habitant.

Des dignitaires sunnites  ont qualifié la minorité chiite d’hérétiques.

Selon des officiels saoudiens, les événements tragiques de la ville d’Amawiyah dimanche ont eu lieu pendant une opération de sécurité qui avait pour but de cibler «des éléments terroristes», leurs armes et leur équipement de communication. Quatre personnes ont été arrêtées pour s’être opposées aux forces de sécurité, selon l’agence d’information Saudi Press Agency (SPA).

Depuis 2011, environ 20 personnes sont mortes dans les combats.

La ligne officielle tenue par l’Arabie saoudite est qu’il n’y a pas de discrimination et il s’agit seulement de combattre une insurrection .

L’opération spéciale dans l’est du pays s’est produite dans le contexte de bombardements de la coalition conduite par l’Arabie saoudite des rebelles houthis chiites au Yémen, une opération qui dure depuis plus d’une semaine maintenant, après que le président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi a été forcé de fuir le pays. Le président a appelé à une intervention internationale pour rétablir son pouvoir.

Firat Demir, professeur agrégé de l'Université d'Oklahoma, considère que le climat actuel incite les sunnites à cibler les chiites, où qu'ils se trouvent.

«Je crains que la caractérisation de cette guerre soit assez déformée dans les médias internationaux, en particulier dans la presse américaine…le but principal n’est pas de déraciner ou d’éliminer le terrorisme au Yémen, mais, en fait, d’encourager le terrorisme contre les chiites. Nous devons nous rappeler que l’Arabie saoudite a fourni 15 des 19 pirates de l'air des attentats du 11 septembre 2001. Ils ont la même religion – le wahhabisme – qu’Al-Qaïda et , et maintenant les sunnites luttent contre les chiites pas seulement au Yémen, mais aussi en Syrie et en Irak. Ici, les chiites sont les opprimés – ils sont de bons gars.»

«Le Yémen est déjà un état en échec», a-t-il poursuivi, en rappelant le destin similaire de la Libye qui est devenue «un terrain fertile pour les extrémistes».

Les frappes aériennes lancées depuis dimanche ont pris pour cible les positions des rebelles houthis près de la ville d’Aden et Sanaa, le bastion des Houthistes situé dans le nord du pays. Au moins 193 personnes ont été tuées et plus de 1 200 personnes ont été blessées pendant les combats dans cette région. Les trois quarts des morts sont des civils, a annoncé dimanche à l’AFP des sources médicales.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales