Pilotes suicidaires : Andreas Lubitz n’est pas le premier à détruire délibérément son avion

Pilotes suicidaires : Andreas Lubitz n’est pas le premier à détruire délibérément son avion Source: RIA NOVOSTI
Airbus A320

Deux jours après le crash de l'Airbus A320 de Germanwings, des informations attestant que l’avion aurait pu être délibérément détruit par l’un des pilotes ont fait surface. Ce n’est pas la première fois qu’un crash a été provoqué par un pilote.

Faire profiter sa famille d’une assurance vie

Le 19 décembre 1997, un Boeing 737-36N de la compagnie SilkAir opérant le vol entre Jakarta et  s’est abîmé dans la rivière Musi, à proximité de la ville de Palembang, en Indonésie. 104 personnes ont péri dans cette catastrophe, 97 passagers et sept membres d'équipage.

Alors que l'avion cheminait vers Palembang, l'enregistreur de conversations du poste de pilotage s'est arrêté, pour une raison indéterminée. Le vol était toujours à 35 000 pieds lorsqu'il a soudainement plongé en spirale vers le sol et s’est abîmé dans la rivière.

Selon les résultats de l’enquête, aucune défaillance mécanique n'a été détectée. Le commandant de bord aurait volontairement débranché les boîtes noires et provoqué la spirale mortelle de , pour le faire s’écraser au sol et se suicider.

Selon certaines informations, le pilote Tsu Way Ming et sa famille, connaissaient des difficultés financières importantes et il a décidé d’utiliser son assurance vie, d’un montant de près de 553 000 euros pour y faire face. Mais la somme ne pouvait être débloquée que le jour de sa mort.

Incapable de s’imaginer sans voler

En 1999, Chris Fatsve a volé un avion ATR-42 et a décimé presque toute la flotte aérienne de la compagnie Air Botswana. Pendant deux heures environ, il a tourné en cercle au-dessus de l’aéroport, menaçant de se suicider en faisant plonger son avion sur l’aéroport et son terminal. Les personnes qui se trouvaient dans l’aéroport ont alors été évacuées.

En fait, Chris Fatsve avait été interdit de vol pour une raison de santé et lorsque son appareil s’est retrouvé à court de carburant, il a fait son avion s’écraser sur le territoire de l’aéroport où se trouvaient deux autres appareils. Au total, trois avions ont été détruits et Chris Fatsve fut la seule  de cette catastrophe.

J'ai pris ma décision. Je remets ma foi dans les mains de Dieu

Le 31 octobre 1999, un Boeing 767-366ER de la compagnie aérienne EgyptAir qui effectuait la liaison entre l'aéroport international de Los Angeles et celui du Caire avec une escale à l'aéroport international JFK à New York, s'est écrasé dans l'océan Atlantique, à une centaine de kilomètres au sud de Nantucket, tuant ses 217 occupants.

L'examen des boîtes noires a révélé que peu avant le crash, le co-pilote avait répété, à plusieurs reprises, «Je remets ma foi entre les mains de Dieu» et «j'ai pris ma décision» avant que l'avion ne plonge vers l'océan. En se basant sur ces données, les enquêteurs américains ont conclu que cet accident avait été provoqué par le co-pilote en l’absence de signes d’explosion à bord ou de défaillance mécanique.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»