Ukraine : la situation avec «Ukrtransnafta» montre la faillite du pays (VIDEO)

Une capture d'écran du vidéo de RT
Une capture d'écran du vidéo de RT

La situation autour de la société «Ukrtransnafta» témoigne de la faillite factuelle de l’Etat ukrainien. Cette déclaration a été faite par l’ambassadeur russe auprès de l’UE Vladimir Tchizhov.

«Elle [la situation] témoigne la faillite factuelle de l’Etat ukrainien, du système de gouvernement de cet Etat», a dit Vladimir Tchizhov.

Le 19 mars, «Naftogaz», fondateur et principal de «Ukrtransnafta» a annoncé la démission, d’Alexandre Lazorko du poste de directeur général de la compagnie. Une nouvelle qui n’a pas plu au gouverneur de Dniepropetrovsk Igor Kolomoïski qui est arrivé dans les bureaux de «Ukrtransnafta» accompagné d’hommes en armes pour remettre Lazorko à son poste.

Pour maintenir l’ordre public dans la région de Dniepropetrovsk,  y a envoyé deux bataillons de la Garde nationale de l’Ukraine. Cette information a été annoncée par le service de presse de la Garde nationale qui dit agir «conformément à l’ordre du président ukrainien».

Le message dit aussi que les unités de la Garde nationale  déployées à Dniepropetrovsk sont mises en état d’alerte renforcée. Pour protéger les objets gouvernementaux importants sur le territoire de la région de Dniepropetrovsk, des combattants ont été envoyés dans d’autres villes de la région telles que Jytomyr et et Tcherkassy.

«Ces mesures sont dictées par la menace de l’escalade de la situation dans la région et la nécessité d’attirer des forces supplémentaires pour assurer la sécurité des habitants, le maintien de l’ordre public, de la légitimité et des intérêts du gouvernement», rapporte la Garde nationale.

En savoir plus : unn oligarque ukrainien aide à «fortifier» le siège d’une compagnie pétrolière publique (VIDEO)

Pour le moment, l’entreprise d’Etat Naftogaz est majoritaire à une action près dans le capital de «Ukrtransnafta» mais la prise de décisions dans la compagnie est compliquée par le fait que les représentants du groupe «Privat» d’Igor Kolomoïski, qui possède de 42 % d’actions, boycottent les réunions d’actionnaires.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales