La Suède bientôt dans l'OTAN ? Erdogan toujours fermement opposé à cette éventualité

- Avec AFP

Le logo de l'Otan© Olivier Matthys Source: AP
La Suède va-t-elle intégrer l'Otan ? (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a estimé qu'aucun progrès n'avait été enregistré à propos de la volonté de la Suède de rejoindre l'OTAN, à l'issue d'une conversation téléphonique avec le Premier ministre suédois Magdalena Andersson.

Concernant une éventuelle adhésion de la Suède à l'Otan, le président turc Recep Tayyip Erdogan a annoncé le 25 juin qu'il n'y avait aucun progrès, à l'issue d'une conversation téléphonique avec la chef du gouvernement suédois, Magdalena Andersson.

«La Suède doit prendre des mesures concernant des sujets aussi importants que la lutte contre le terrorisme», a-t-il affirmé, appelant de nouveau à des «actions concrètes» répondant aux demandes turques, selon des propos rapportés par la présidence turque et relayés par l'AFP.

Le Premier ministre suédois a pour sa part qualifié la conversation de «bonne», à trois jours du début d'un sommet de l'Alliance atlantique à Madrid. 

«D'accord sur l'importance de faire des progrès en amont du sommet de l'OTAN à Madrid la semaine prochaine, où je me réjouis de rencontrer le président Erdogan et d'autres dirigeants alliés», a-t-elle expliqué sur Twitter.

Dans une décision historique, la Suède et la Finlande ont demandé mi-mai à adhérer à l'Alliance, dans la foulée de l'opération militaire russe en Ukraine, mais elles se sont heurtées au blocage de la Turquie.

Cette dernière accuse notamment la Suède d'abriter des militants du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), qu'Ankara considère comme «terroriste».

La Turquie dénonce aussi la présence de partisans du prédicateur Fethullah Gülen, qu'elle soupçonne d'avoir orchestré la tentative de coup d'Etat de juillet 2016.

Elle exige aussi la levée des blocages d'exportations d'armes décidés à son encontre par Stockholm après l'intervention militaire turque dans le nord de la Syrie en octobre 2019, le durcissement de la législation antiterroriste suédoise et l'extradition de plusieurs personnes qu'elle qualifie de «terroristes».

Les discussions vont se poursuivre avec la Turquie

La Suède a été un des premiers pays à classer le PKK en tant qu'«organisation terroriste» dès les années 1980. Mais à l'instar de nombreux autres pays occidentaux, elle a exprimé son soutien aux YPG, alliés du PKK en Syrie qui ont combattu les djihadistes du groupe terroriste Daesh aux côtés notamment des Etats-Unis.

La cause kurde bénéficie également d'un important soutien dans plusieurs partis suédois, dans un pays où la communauté kurde ou d'origine kurde est estimée à 100 000 personnes.

Un peu plus tôt, le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg s'était lui aussi entretenu avec Recep Tayyip Erdogan. De nouvelles discussions sont prévues la semaine prochaine «à Bruxelles et à Madrid», a affirmé l'ancien Premier ministre norvégien sur Twitter.

La capitale espagnole sera placée sous haute sécurité pour ce sommet, auquel participeront notamment le président américain Joe Biden, son homologue français Emmanuel Macron, ou encore les chefs de gouvernement du Royaume-Uni et de l'Allemagne, Boris Johnson et Olaf Scholz. La réunion court du 28 au 30 juin.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix