Affaire des sous-marins : 3,7 milliards d'euros, le prix à payer pour le contribuable australien ?

- Avec AFP

Un modèle de sous-marin d'attaque américain pour lequel l'Australie a décidé d'investir en abandonnant son contrat avec la France (image d'illustration).© Amanda R. Gray/U.S. Navy Source: AP
Un modèle de sous-marin d'attaque américain pour lequel l'Australie a décidé d'investir en abandonnant son contrat avec la France (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

L'Australie pourrait être contrainte de payer jusqu'à 3,7 milliards d'euros pour avoir mis fin à un accord avec la France sur la fourniture de sous-marins, en faveur de l'acquisition de modèles américains ou britanniques à propulsion nucléaire.

«Les contribuables devront donc débourser 5,5 milliards de dollars [l'équivalent de 3,7 milliards d'euros] pour des sous-marins qui n'existent pas ?», a demandé le 1er avril la sénatrice australien Penny Wong au ministère de la Défense de son pays, lors d'une audition à Canberra.

«Le règlement final négocié sera dans les limites de ce prix», a répondu le secrétaire adjoint du ministère de la Défense, Tony Dalton, selon qui le montant exact n'était pas encore clair car les négociations avec Naval Group étaient en cours.

Une source proche de l'industriel de défense français, citée par l'AFP, a confirmé que ces négociations se poursuivaient, mais qu'«aucun montant n'est encore défini». De même source, le montant présenté aux parlementaires australiens "«correspond à l'ensemble des dépenses encourues depuis 2016 couvrant la totalité des composantes du programme [des sous-marins]».

Cela inclut «les coûts de gestion du programme par les Australiens, la part de Naval Group, celle de Lockheed Martin, fournisseur du système de combat, mais également la construction du chantier naval à Osborne». «La répartition du budget évoqué par [le gouvernement australien] n'est pas connue», a insisté cette source.

Canberra savait que «les conséquences seraient importantes»

Le ministre australien des Finances, Simon Birmingham, a défendu la décision d'abandonner l'accord français comme «nécessaire pour les décennies à venir». 

«Il convient d'admettre que nous savions que les conséquences seraient importantes», a-t-il déclaré.

Scott Morrison avait précédemment déclaré que la décision d'opter pour des sous-marins à propulsion nucléaire était motivée par l'évolution de la dynamique dans la région Asie-Pacifique, où la Chine affirme de plus en plus ses revendications sur la quasi-totalité de la mer de Chine méridionale. 

Ce revirement a provoqué la colère de Paris, le président français Emmanuel Macron accusant le dirigeant australien d'avoir menti sur l'avenir de ce contrat d'une valeur initiale de 50 milliards de dollars australiens. 

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix