Covid-19 : un médecin belge soupçonné d'avoir validé 2 000 fausses vaccinations

- Avec AFP

Covid-19 : un médecin belge soupçonné d'avoir validé 2 000 fausses vaccinations© Dirk WAEM / BELGA Source: AFP
Un médecin wallon fait l'objet d'une enquête pour avoir effectué 2 000 fausses vaccinations (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Un médecin belge aurait validé 2 000 fausses vaccination en Wallonie. Il va être poursuivi pour faux et usage de faux. Les personnes qui ont profité de la fraude risquent des poursuites pénales. Leur pass sanitaire a été désactivé.

La justice belge enquête sur un médecin soupçonné d'avoir enregistré 2 000 fausses vaccinations anti-Covid, la fraude «la plus grave» à ce jour dans la gestion de la pandémie en Belgique, selon la ministre wallonne de la Santé qui a révélé les faits le 23 novembre.

Ce praticien de la partie francophone du pays aurait offert ses services «aux quatre coins de la Wallonie», parfois en se faisant rémunérer pour des injections qui n'avaient pas lieu. L'objectif était de faire bénéficier le patient d'un pass sanitaire lui permettant d'échapper aux restrictions en vigueur.

«C'est une fraude à la vaccination de la part d'un médecin qui a encodé un nombre astronomique de personnes qu'il auraient vaccinées [...] 2 000 personnes au total», a affirmé au micro de la RTBF Christie Morreale, ministre de la Santé de la région wallonne. Selon elle, il est impossible qu'un seul médecin ait pu vacciner autant de monde dans tant de lieux différents. La fraude aurait été possible grâce à l’accès au logiciel d’encodage de la vaccination.

«Les médecins généralistes ou dans les centres de vaccination ont accès à Vaccinnet [le logiciel d’encodage de la vaccination] et peuvent encoder des personnes qui auraient dû être vaccinées mais qui ne l’ont pas été», a précisé la ministre. Elle a évoqué d'autres contrôles dont plusieurs médecins feraient l'objet. «D’autres médecins font l’objet d’investigations très rapprochées et on imagine que dans les prochains jours, probablement dans de moindres mesures que ce cas-ci, d’autres anomalies seront détectées et poursuivies. On ne laissera rien passer», a indiqué Christie Morreale.

Des poursuites prévues pour les bénéficiaires des fausses vaccinations

La justice et l'ordre des médecins ont été saisis du dossier, et ce généraliste a d'ores et déjà été privé de l'accès à la banque de données qui centralise les vaccinations. Il devrait être poursuivi pour faux et usage de faux. Quant aux personnes qui ont bénéficié de ses services, elles sont également passibles de poursuites judiciaires, a précisé la ministre. Dans un premier temps, leur pass sanitaire (ou «Covid Safe Ticket» en Belgique) a été «suspendu», et elles vont être contactées pour se voir proposer une vaccination en bonne et due forme, toujours selon Christie Morreale. 

«On s'est rendu compte sur des sites antivax qu'il y avait des appels à acheter des faux certificats», certains donnant accès à des fausses vaccinations (pour être en contact avec le médecin enregistrant l'acte), a aussi expliqué cette responsable socialiste du gouvernement régional de l'ex-Premier ministre Elio Di Rupo.

«C'est l'anomalie la plus importante et la plus grave, c'est un acte extrêmement dangereux, [...] une rupture de confiance», a-t-elle insisté, affirmant que ces «faux vaccinés» exposaient leurs contacts sociaux à la maladie. Rappelons toutefois que la vaccination n'empêche pas la transmission du virus.

Comme ailleurs en Europe, la polarisation est de plus en plus forte entre vaccinés (75% des Belges le sont complètement) et non-vaccinés se présentant comme défenseurs de «la liberté». Le 21 novembre, une manifestation pro-«liberté» a rassemblé 35 000 personnes à Bruxelles selon la police. Elle a dégénéré en affrontements avec les forces de l'ordre.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix