La Suisse autorise l'analyse des téléphones des demandeurs d'asile pour vérifier leur identité

La Suisse autorise l'analyse des téléphones des demandeurs d'asile pour vérifier leur identité© Darrin Zammit Lupi Source: Reuters
Des migrants sur une embarcation prennent des selfies en attendant d'être secourus au sud-ouest de l'île italienne de Lampedusa, en Méditerranée occidentale, le 2 août 2021.
Suivez RT France surTelegram

Le Parlement suisse a validé une initiative permettant au Secrétariat d'Etat au migration de procéder à la fouille des téléphones portables des demandeurs d'asile, qui arrivent sur le territoire sans papiers d'identité.

Le plus souvent, les migrants arrivent en Europe sans aucun papier d'identité mais en possession d'un téléphone portable cependant. Les autorités de plusieurs pays européens s'interrogent, par voie de conséquence, sur l'opportunité d'ausculter le contenu de ces appareils. En Allemagne, cette pratique est légale depuis 2017.

En Suisse, le secrétariat d’Etat aux migrations (SEM) pourra bientôt contrôler les données mobiles, s’il s’agit de l’unique moyen d'identifier les personnes qui pénètrent sur le territoire helvète. Le Parlement suisse a ainsi accepté, le 15 septembre, une initiative parlementaire dans ce dessein. «Il est absurde que les autorités qui cherchent à établir une identité doivent procéder à l'aveuglette, sans avoir le droit, durant la procédure, de prendre en considération des appareils contenant d'importantes quantités de données», estime l'auteur de l'initiative, le député de l’Union démocratique du centre (UDC/droite conservatrice) Gregor Rutz, rapporte Swiss Info.

Les organisations de défense des demandeurs d’asile jugent pour leur part la mesure «disproportionnée». «Elle constitue une atteinte grave au droit au respect de la vie privée», déplore Eliane Engeler, porte-parole de l’Organisation suisse d’aide aux réfugiés (OSAR), citée par la même source. Le fait que ce recours aux appareils mobiles ne soit pas encadré par la justice, comme c'est le cas dans le cadre d’une procédure pénale, est aussi une source d'inquiétude pour ces organisations.

Le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) a également réagi. Tout en reconnaissant l’intérêt des Etats à identifier les personnes qui se trouvent sur leur territoire, il déplore en revanche que l’accès complet aux informations personnelles constitue une atteinte importante au droit à la vie privée, protégé tant par le droit international que par la Constitution helvétique. «Une telle intrusion n’est admissible que dans des conditions particulières, que ne remplit pas le projet de loi», précise Anja Klug, responsable du bureau du HCR pour la Suisse et le Liechtenstein, rapporte Swiss Info.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»