A Cologne, le procès de cambrioleurs d'églises qui tentaient de financer Daesh avec leur butin

Les malfaiteurs s'en prenaient aux église de la région de Cologne Source: Reuters
Les malfaiteurs s'en prenaient aux église de la région de Cologne

En novembre 2014, des cambrioleurs d'églises, soupçonnés de vouloir financer Daesh, avaient été arrêtés à Cologne lors d'une grande opération de police. Ils sont jugés depuis ce mercredi.

Huit jeunes hommes ont comparu, ce mercredi, devant un tribunal de Cologne après avoir cambriolé des églises de la région. Surtout, si le groupe est accusé d’avoir volé pour plus de 19 000 euros de marchandises, et avoir causé des dommages important, il est suspecté d’avoir voulu, grâce à son butin, financer Daesh.

"Ils sont fortement soupçonnés d'avoir utilisé leurs butins pour financer des combattants djihadistes en Syrie ainsi que l'envoi de nouveaux combattants volontaires vers la Syrie", expliquait un communiqué de la police en novembre dernier, lors de leur arrestation.

Lire aussi : A Cologne, la candidate élue à la mairie poignardée : un acte xénophobe

Les raids dans des églises avaient eu lieu entre 2011 et 2014, dans diverses églises où ils dérobaient les recettes de la collecte, mais aussi des croix ou d’autres objets religieux. Par ailleurs, ils avaient saccagé des écoles pour voler des ordinateurs portables ou de l’argent qui était ensuite utilisé pour financer l’Etat islamique.

S’il est difficile d’estimer le montant total de l’argent qui a transité vers la Syrie, ce qui est certain selon les autorités, c’est que le chef du groupe est suspecté d’avoir effectué plusieurs voyages vers le Moyen-Orient, dont un dans un camp d’entraînement de l’Etat islamique. Il serait même apparu dans une vidéo de promotion de Daesh.

Certains membres de ce gang sont aussi soupçonnés d'avoir recruté des combattants pour l'EI et d'avoir soutenu deux autres organisations qui combattent en Syrie, classées par l'Allemagne comme terroristes. 240 policiers avaient été mobilisés pour leur arrestation. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales