Au moins 30 morts dans le double attentat au Nigeria

Capture d’écran, twitter
Capture d’écran, twitter

En se faisant sauter, deux kamikazes ont complètement détruit une mosquée de Maiduguri, faisant de nombreux morts et blessés, ont rapporté les autorités nigérianes le matin suivant l'attentat meurtrier.

Le bilan officiel fait état d’au moins 30 morts alors que des témoins affirment que «42 cadavres ont été trouvés à l'intérieur de la mosquée». Trente-deux personnes ont été blessées, dont sept gravement, a ajouté le coordinateur de la Nema, Mohammed Konar, en précisant que les victimes avaient été transportées à la morgue de l'hôpital principal de Maiduguri, capitale de l'Etat de Borno et berceau du groupe islamiste Boko Haram qui a revendiqué de multiples attentats dans la région.

«Tous ceux qui étaient dans la mosquée sont morts. Il n'y a pas de survivants», a confié à l’AFP un commerçant, Muhtari Ahmadu, qui a témoigné la tragédie.

Les explosions ont eu lieu vers 18H30 locales (17H30 GMT) alors que les fidèles faisaient leur prière du soir dans cette mosquée d'une banlieue ouest de Maiduguri, important foyer des islamistes de Boko Haram. Les assaillants étaient déguisés en fidèles lorsqu'ils sont entrés dans la mosquée, ont rapporté des témoins. 

«La mosquée peut accueillir largement une quarantaine de personnes mais on ne sait pas combien de personnes se trouvaient à l'intérieur au moment de l'attaque», a ajouté le milicien Muhtari Ahmadu.

«A l'heure de la prière du soir, la nuit étant tombée, la surveillance était moins stricte autour de la mosquée», a-t-il souligné, estimant que les assaillants avaient choisi ce moment pour passer à l'action. 

Au moins quatre personnes avaient déjà été tuées dans trois attentats suicides commis quasi-simultanément mardi soir à Maiduguri, dans le quartier de Ajilari Cross, cible d'attaques similaires à deux reprises ces dernières semaines, dont celle du 20 septembre qui avait fait au moins 117 morts. Le groupe terroriste Boko Haram a intensifié ses attaques contre des cibles civiles au cours des derniers mois en utilisant des kamikazes et des engins explosifs artisanaux.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales