«Une décennie de désordre» : Emmanuel Macron reconnaît une «dette» de la France envers la Libye

«Une décennie de désordre» : Emmanuel Macron reconnaît une «dette» de la France envers la Libye© Ludovic MARIN Source: AFP
Emmanuel Macron à côté des dirigeants libyens par intérim Mohamed El-Menfi et Moussa al-Koni, à l'Elysée, le 23 mars 2021.

Face aux nouveaux dirigeants libyens, Emmanuel Macron a reconnu que la France avait une responsabilité dans le chaos qui règne dans le pays depuis l'intervention de l'OTAN en 2011, qui a conduit à la chute de Mouammar Kadhafi.

Le 23 mars, face aux nouveaux dirigeants de la Libye, Emmanuel Macron a esquissé un mea culpa pour la «décennie de désordre» qui déchire ce pays depuis l'intervention de l'OTAN contre Mouammar Kadhafi en 2011. Après des années de chaos, la Libye connaît désormais une embellie politique à la suite d'un processus sous l'égide de l'ONU, et le nouvel exécutif libyen unifié appelle désormais au «retrait immédiat» des mercenaires présents dans le pays.

Le président français s'est exprimé à l'Elysée en ces termes, rapportés par plusieurs médias dont RFI : «Nous avons une dette envers la Libye, très claire : une décennie de désordre». Une décennie qui démarre en mars 2011 avec l'opération militaire sous l'égide de l'OTAN, appelée de ses vœux par le président français d'alors, Nicolas Sarkozy. Cette opération avait abouti à la mort de Mouammar Kadhafi et plongé le pays dans le chaos et la division entre plusieurs territoires contrôlés par des autorités différentes, avec des répercussions sur la situation sécuritaire dans le Sahel.

L'ancien président américain Barack Obama avait déjà estimé que l'intervention en Libye était sa plus grande erreur, comme le rappelle RFI.

La Libye réclame le départ de tous les mercenaires 

La déclaration du président français est intervenue deux jours avant que les chefs des diplomaties française, italienne et allemande effectuent, ce 25 mars, un déplacement surprise à Tripoli après l'installation d'un nouveau gouvernement unifié chargé de gérer la transition jusqu'à des élections prévues le 24 décembre.

Après des années d'impasse dans un pays divisé en deux camps – l'un à l'est, l'autre à l'ouest – ce gouvernement est le fruit d'un processus politique parrainé par l'ONU pour sortir la Libye de l'ornière. 

Face à ses homologues européens, la ministre libyenne des Affaires étrangères Najla al-Mangoush a réaffirmé «la nécessité du départ de tous les mercenaires de Libye et de façon immédiate», comme le rapporte l'AFP. «Le départ des mercenaires», lié aux interférences étrangères, «est essentiel pour que l’Etat libyen affirme sa souveraineté», a renchéri le ministre Français, Jean-Yves Le Drian.

L'ONU a évalué à environ 20 000 le nombre de militaires étrangers et mercenaires encore actifs en Libye.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»