189 000 euros de dépenses électorales non-déclarées : la Cour des comptes espagnole épingle Valls

189 000 euros de dépenses électorales non-déclarées : la Cour des comptes espagnole épingle Valls© REUTERS/Charles Platiau
Valls dans le viseur de la Cour des comptes espagnole (illustration).
Suivez RT France surTelegram

L'ancien Premier ministre, parti tenter une nouvelle aventure politique en Catalogne, se retrouve dans le viseur de la Cour des comptes. Celle-ci met le doigt sur des «irrégularités» dans le financement de sa campagne pour les municipales de 2019.

Pour Manuel Valls, l'aventure politique à Barcelone n'aura décidément pas été caractérisée par son succès. Balayé par les urnes lors des élections municipales de 2019, l'ancien Premier ministre français se retrouve désormais dans le viseur de la Cour des comptes espagnole. Et pour cause, selon le journal El Pais, un rapport de cette institution fait état d'«irrégularités» dans le financement de sa campagne électorale. 

«Ce qui est indiqué compromet directement Manuel Valls»

Plus précisément, il serait question selon le quotidien espagnol de «189 500 euros de dépenses électorales non-déclarées par [la coalition entre] Barcelona pel Canvi et Ciudadanos, dirigée par l'ancien Premier ministre français et aujourd'hui conseiller municipal de Barcelone».

Ces irrégularités portent sur la campagne pour les municipales de 2019, lors desquelles la coalition des deux formations qu'il représentait aurait par ailleurs dépassé de 71% la limite de dépenses fixée par la loi, toujours d'après la Cour des comptes. Un investissement qui ne se sera pourtant pas avéré payant, puisque le natif de Barcelone n'était finalement arrivé qu'en quatrième position lors du scrutin.

La quasi-totalité des irrégularités porte plus précisément sur des dépenses pour un montant d'environ 188 000 euros de l'association Barcelona capital europea, une plateforme avec laquelle l'ancien Premier ministre socialiste avait lancé sa candidature catalane.

Cette somme est assimilée par la Cour à des dépenses de campagne irrégulières au profit de la coalition entre Ciudadanos («Citoyens», parti centriste) et Barcelona pel Canvi («Barcelone pour le changement», plateforme fondée par Manuel Valls). L'avocat de la coalition, Carlos Rivadulla, cité par El Pais, assure de son côté que ces dépenses ne peuvent être attribuées à la campagne électorale.

Pour sa part, Ciudadanos se désolidarise et pointe du doigt l'homme politique franco-espagnol. «[Le parti] en tant que tel n'a rien à voir avec les irrégularités mentionnées par le tribunal, puisque ce qui est indiqué compromet directement Manuel Valls», lance ainsi le service de presse de la formation espagnole. 

La Cour des comptes doit désormais décider d'éventuelles sanctions dans cette affaire. Manuel Valls, de son côté, a récemment annoncé qu'il ne briguerait pas la mairie de Barcelone en 2023, invitant son parti à se réinventer sans lui.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»