Londres : quatre arrestations lors d'un hommage non autorisé à une femme assassinée (IMAGES)

Londres : quatre arrestations lors d'un hommage non autorisé à une femme assassinée (IMAGES)© Hannah McKay Source: Reuters
La police interpelle une femme lors d'un rassemblement à Londres (Royaume-Uni), le 13 mars 2021.
Suivez RT France surTelegram

Les forces de l'ordre ont arrêté quatre personnes lors d'un rassemblement à Londres interdit pour raisons sanitaires, en hommage à une femme de 33 ans. Pour le maire de Londres, la réponse des policiers «n'était ni appropriée ni proportionnée».

Des tensions ont éclaté entre la police londonienne et des manifestants au cours d'une veillée, le 13 mars 2021, en hommage à une femme de 33 ans assassinée. Le rassemblement a eu lieu quelques heures après que le policier accusé de son enlèvement, suivi de meurtre, a comparu devant le tribunal dans une affaire qui a provoqué une vague d'indignation en Grande-Bretagne sur la sécurité des femmes.

En début de soirée, un millier de personnes – des femmes pour la plupart – se sont rassemblées pour un hommage et dénoncer l'insécurité que les femmes éprouvent lorsqu'elles sortent seules le soir. Certaines manifestantes ont crié «honte à vous» aux policiers présents. La police de Londres avait invité à ne pas se rassembler en nombre en raison des restrictions liées à la crise sanitaire, et avait refusé d'autoriser l'organisation d'une veillée. La responsable de la police, Cressida Dick, avait déclaré que tout rassemblement «serait illégal et dangereux».

Alors que les tensions s'intensifiaient, des journalistes de Reuters ont vu la police interpeller plusieurs personnes présentes au rassemblement de Clapham Common. Selon la commissaire adjointe de la police métropolitaine, Helen Ball, quatre personnes ont été arrêtées pour des infractions à l'ordre public et au règlement sur la protection de la santé.

Des scènes «profondément dérangeantes»

«Nous ne voulions absolument pas être dans une position où des mesures coercitives étaient nécessaires», a déclaré Helen Ball dans un communiqué. «Mais nous avons été placés dans cette position en raison de la nécessité impérieuse de protéger la sécurité des personnes», s'est-elle justifiée.

Responsable du maintien de l'ordre dans la ville, le maire de Londres Sadiq Khan a déclaré que la réponse des officiers «n'était ni appropriée ni proportionnée». Il a ajouté qu'il demanderait une explication urgente à Cressida Dick. Le chef du Parti travailliste, Keir Starmer, a pour sa part qualifié les scènes de «profondément dérangeantes», la ministre conservatrice de l'Intérieur Priti Patel déclarant qu'elle aussi voulait des réponses de la police sur des images «bouleversantes».

Sarah Everard a disparu alors qu'elle rentrait chez elle dans la nuit du 3 mars. L'affaire a provoqué une mobilisation des femmes sur les dangers qu'elles encourent lorsqu'elles marchent seules dans les rues la nuit, avec des appels à l'action. Comparaissant le 13 mars au matin devant un tribunal de Westminster à Londres, Wayne Couzens, un policier de 48 ans, n'a pris la parole que pour confirmer son identité. La police avait découvert le corps de Sarah Everard dans un bois à environ 80 km au sud-est de la capitale britannique.

Kate Middleton, duchesse de Cambridge, a participé à l'hommage rendu autour d'un kiosque à musique de Clapham Common, dans le sud-ouest de Londres, près de l'endroit où Sarah Everard a été vue vivante pour la dernière fois. «Je ferai tout ce que je peux pour que les rues soient sûres et que les femmes et filles ne soient pas victimes de harcèlement ou d'abus», a déclaré le Premier ministre Boris Johnson.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix