Crise politique en RDC : des incidents entre députés éclatent au Parlement

- Avec AFP

Crise politique en RDC : des incidents entre députés éclatent au Parlement© NICOLAS MAETERLINCK / BELGA Source: AFP
Le président de la République démocratique du Congo, Felix Tshisekedi (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Des incidents ont éclaté au Parlement à Kinshasa au lendemain de l'annonce par le chef de l'Etat congolais de la fin de la coalition au pouvoir. Des députés ont pénétré dans l'enceinte et détruit des pupitres.

Ce 7 décembre, un jour après l'annonce par le chef de l'Etat congolais Félix Tshisekedi de la fin de la coalition au pouvoir, la séance plénière de l'Assemblée a été émaillée d'incidents.

«Une plénière a été convoquée pour 13h00. Des députés ont débarqué dans la salle et ont commencé à détruire des pupitres», a déclaré à l'AFP une source dans l'entourage de la présidente de l'Assemblée nationale, qui accuse des élus du parti du président de la République démocratique du Congo. Une vidéo immédiatement partagée sur les réseaux sociaux montre des pupitres renversés sur la tribune.

Tout le mobilier de la tribune – tables et chaises – a en effet été cassé, a constaté un journaliste de l'AFP. «A l'instant, à l'Assemblée, des députés qui s'opposent à ce que le bureau de Jeanine Mabunda (la présidente de l'Assemblée) préside la plénière du jour», a indiqué la radio TopCongo en publiant cette vidéo sur son compte Twitter.

Le président Tshisekedi rompt avec l'ancienne majorité parlementaire 

La République démocratique du Congo «ne peut pas se permettre une crise institutionnelle grave», a affirmé le 7 décembre devant le Conseil de sécurité l'émissaire de l'ONU pour ce pays, Leila Zerrougui, en mettant en garde contre les conséquences de la crise actuelle si elle devait durer. Si «cette situation politique délicate persistait, [elle] pourrait avoir des répercussions sérieuses sur la situation économique et sécuritaire du pays», a averti la représentante de l'ONU par vidéo lors d'une réunion prévue de longue date du Conseil de sécurité.

Le président Tshisekedi a annoncé le 6 décembre la fin de la coalition au pouvoir qu'il formait avec la majorité parlementaire de son prédécesseur Joseph Kabila. Le chef de l'Etat a ajouté qu'il souhaitait rechercher une nouvelle majorité à l'Assemblée nationale, faute de quoi il se réservait la possibilité de dissoudre la chambre basse.

Selon le Front commun pour le Congo (FCC) de Joseph Kabila, les décisions «unilatérales» du chef de l'Etat «violent gravement la Constitution». Le FCC rappelle qu'il avait «une majorité absolue issue des élections de 338 députés sur 500» début 2019 après le scrutin de décembre 2018 et l'accord de coalition.

«La majorité de Joseph Kabila ne s'est pas effritée. Elle est là», a déclaré à des journalistes un député FCC, Didi Manara.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»