Haut-Karabagh : «Il faut arrêter les hostilités sans chercher à savoir qui a raison», demande Moscou

Haut-Karabagh : «Il faut arrêter les hostilités sans chercher à savoir qui a raison», demande Moscou© Forces armées arméniennes Source: Reuters
Des médecins apportent une aide médicale à un homme blessé dans la région du Haut-Karabagh

Alors que le bilan des affrontements entre l'Azerbaïdjan et l'Arménie au Haut-Karabagh risque d'être lourd, le Kremlin appelle à la fin immédiate des hostilités dans la région et au lancement de négociations politiques sans ingérence de pays tiers

La situation dans la région du Haut-Karabagh, «un sujet de grave préoccupation» pour Moscou

Depuis le début des hostilités, Moscou insiste sur la nécessité d'une reprise du dialogue entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan et de la cessation des affrontements qui ravagent la région du Haut-Karabagh. Selon le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov, la situation sur la ligne de contact est «un sujet de grave préoccupation» pour la Russie et d'autres pays. 

«Vous savez que la Russie est coprésidente du groupe de Minsk de l'OSCE et, bien entendu, étant donné qu’elle assume le rôle de médiateur dans le règlement - cette disposition a été soulignée et accentuée à différents niveaux - il est maintenant très important, en premier lieu, de cesser les hostilités sans chercher à savoir qui a raison et qui a tort», a-t-il déclaré en conférence de presse le 28 septembre.

La Russie a toujours adopté une position équilibrée, et c'est précisément cette position qui donne à la Russie la possibilité d'user de son influence (...) afin de résoudre ce conflit

Le porte-parole du Kremlin a souligné que la Russie conservait de bonnes relations avec les deux pays en conflit et pourrait user de son influence pour assurer de nouveau une médiation dans le conflit au Haut-Karabagh. «La Russie a toujours adopté une position équilibrée, et c'est précisément cette position qui donne à la Russie la possibilité d'user de son influence ou d'utiliser ses relations traditionnellement bonnes avec les deux pays - avec l'Azerbaïdjan et l'Arménie - afin de résoudre ce conflit», a annoncé Dmitri Peskov en rappelant que «dès les premières heures qui ont suivi l'aggravation de cette situation, le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov [avait] été en contact avec ses deux homologues d'Erevan et de Bakou [respectivement Djeyhoun Baïramov pour l'Azerbaïdjan et Zograb Mnatsakaniane pour l'Arménie]. De plus, à l'initiative de l'Arménie, [Vladimir] Poutine s'est entretenu hier avec le Premier ministre arménien». 

Eviter toute ingérence

Le Kremlin est convaincu que les déclarations sur un éventuel soutien militaire en faveur d'une des parties du conflit ne font qu'envenimer la situation, l'Azerbaïdjan et l'Arménie devant être persuadés de revenir sur la voie des négociations politico-diplomatiques. C'est ce qu'a affirmé Dmitri Peskov lors d'un entretien avec des journalistes ce 29 septembre : «Toute déclaration concernant un soutien militaire ou une activité militaire quels qu'ils soient ajoute de l'huile sur le feu. Nous sommes catégoriquement opposés à cela et nous ne sommes pas d'accord avec une telle approche». Un commentaire qui fait référence à la déclaration du ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu réalisée plus tôt dans la journée. Selon ce dernier, la Turquie est prête à soutenir l'Azerbaïdjan à la table des négociations ainsi que sur le champ de bataille.

La veille, le président turc Recep Tayyip Erdogan a appelé l'Arménie, qui soutient politiquement l'enclave séparatiste du Haut-Karabagh économiquement et militairement, à mettre fin à «l'occupation» de cette région et a promis qu'Ankara resterait «aux côtés» de Bakou «par tous les moyens». 

Un bilan pour l'heure indéterminé

Au moins 95 personnes ont été tuées, selon des bilans incomplets des combats cités par l'AFP, mais le chiffre exact n'est toujours pas connu. Il n'y a pas non plus de données provenant de sources indépendantes sur les pertes.

Erevan et Bakou s'accusent mutuellement de provocations et d'offensives le long de la ligne de contact et clament des centaines de soldats ennemis tués, tout en contestant les chiffres avancés par l'adversaire respectif. 

Auparavant, le ministère azerbaïdjanais de la Défense annoncé la mort de 550 soldats arméniens depuis le début des combats, chiffre démenti par Erevan. De son côté, le ministère arménien de la Défense a annoncé la mort d'environ 200 militaires azéris et la destruction de 30 véhicules blindés et 20 drones. Par ailleurs, le bureau du procureur général d'Azerbaïdjan a fait état de 19 blessés parmi les civils suite aux bombardements arméniens, sans mentionner le nombre de soldats tués lors des affrontements.

«Le nombre de victimes civiles est actuellement de 19 personnes. Ils sont placés dans des hôpitaux», a rapporté l'agence russe RIA Novosti citant le communiqué.

Des victimes civiles ont été également signalées, mais leur nombre exact n'est toujours pas connu. Selon le bilan officiel, onze civils ont perdu la vie : neuf en Azerbaïdjan et deux côté arménien.  

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»