Porter un niqab est «une pratique barbare» pour les conservateurs canadiens

Porter un niqab est «une pratique barbare» pour les conservateurs canadiens Source: Reuters
Le ministre de l'Immigration Chris Alexander

Les conservateurs, qui surfent sur une vague de popularité liée à la dureté de leur ligne politique, appellent à la dénonciation des «pratiques barbares» musulmanes après avoir interdit un niqad à une femme lors d'une cérémonie de citoyenneté.

Les conservateurs, qui sont au pouvoir au Canada, ont appelé à créer un numéro d’urgence pour joindre la police et rapporter «des pratiques culturelles barbares». «Nous devons protéger nos valeurs», a dit le ministre de l’Immigration Chris Alexander, en annonçant vendredi cette nouvelle initiative. «Nous devons le faire au cours de nos cérémonies de citoyenneté». «Nous devons le faire pour protéger nos femmes et filles du mariage forcé et des autres pratiques barbares».

Ces déclarations ont été faites après la croissance de la popularité des conservateurs dans les sondages. D’après ceux-ci, le parti est passé de la troisième à la première place des intentions de vote, alors que les élections fédérales doivent se tenir le 19 octobre. Une croissance due au refus de permettre à une musulmane de porter un niqab lors de sa cérémonie de citoyenneté.

La rhétorique conservatrice sur «les valeurs canadiennes» coïncide avec la hausse des crimes antimusulmans. La police de Montréal enquête actuellement sur un incident : une bande d’adolescents a attaqué une femme enceinte dans le nord de la ville et l’a faite tomber en essayant d’ôter son niqab. Quelques incidents ont aussi été rapportés au Québec où le problème d’«adaptation raisonnable» des minorités ethniques et religieuse est particulièrement aigu.

#BarbaricCulturalPractices

Les propositions dures des autorités ont subi les critiques sarcastiques des internautes qui ont inventé le hashtag #BarbaricCulturalPractices et ont donné leur propre définition des termes «pratiques barbares».

Beaucoup d’utilisateurs de Twitter ont toutefois pris le hashtag au sérieux et l’ont utilisé pour attirer l’attention du public sur les droits des aborigènes et le grand nombre des femmes aborigènes tuées et portées disparues.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»