Blatter poussé à la démission par les sponsors principaux de la FIFA

Le président de la FIFA Sepp Blatter Source: Reuters
Le président de la FIFA Sepp Blatter

Coca-Cola, McDonald’s, Visa et Budweiser – quatre des promoteurs principaux de la FIFA - ont demandé vendredi à son président Sepp Blatter de quitter immédiatement son poste, face à la crise de corruption au sein de l’organisation.

Les sponsors étaient eux-mêmes sous pression après qu’une enquête pénale ait été lancée contre 14 fonctionnaires et ex-fonctionnaires de la FIFA, accusés de corruption, de blanchiment d’argent et d’autres actes criminels. A l’époque, ils avaient critiqué le scandale qui a touché l’organisation et avaient souhaité que l’ordre soit rétabli au sein de la FIFA.

Cette fois, ils fustigent Blatter directement après qu’une enquête a été lancée contre lui par le Parquet suisse pour «gestion déloyale» et «abus de confiance». Le siège de la FIFA, ainsi que le bureau de son président ont été perquisitionnés et de nombreux documents ont été saisis, vendredi 25 septembre. Sepp Blatter est soupçonné d’avoir illégalement versé deux millions de francs suisses au président de l’UEFA Michel Platini.

En savoir plus : le procureur général suisse ouvre une «procédure pénale» à l’encontre de Sepp Blatter

Les sponsors américains craignent visiblement pour leur réputation et refusent de perdre d’argent. Coca-Cola, donateur d’une grande partie de 1,5 milliards d’euros que  la FIFA  reçoit de ses sponsors, a déclaré que «au bénéfice du jeu, la compagnie Coca-Cola appelle le président de la FIFA Joseph Blatter à démissionner immédiatement pour commencer un processus de réforme crédible et durable le plus vite possible». McDonald’s, Visa et Budweiser ont publié des communiqués similaires.

Le président nie toutefois l’ensemble des accusations et se dit réticent à quitter son poste. Il envisage de «continuer le travail, mener les réformes et préparer l’organisation pour les élections du nouveau président».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales