La styliste Vivienne Westwood s'enferme dans une cage contre l'extradition de Julian Assange

La créatrice de mode Vivienne Westwood a mené un happening devant Old Bailey, la cour de justice britannique de Londres où se tiendra l'audience qui tranchera sur l'extradition du lanceur d'alerte Julian Assange en septembre.

Vêtue de jaune, perchée à plusieurs mètres et enfermée dans une cage, la styliste Vivienne Westwood a mené une action symbolique pour soutenir le fondateur de Wikileaks devant Old Bailey, le tribunal qui tranchera sur sa possible extradition à partir du 7 septembre prochain à Londres. 

«Je suis Julian Assange. Je suis le canari dans la cage. Si je meurs dans la mine de charbon à cause d’un gaz toxique, c’est le signal pour tous les mineurs de partir», a notamment scandé celle que l'on surnomme «l'enfant terrible de la mode» au cours de son happening. 

«Mais je suis déjà à moitié empoisonnée par la corruption gouvernementale. Je suis toujours en train de chanter, mais 7 milliards de personnes ne savent pas ce qui se passe», a-t-elle ajouté, filant la métaphore du canari dans la mine de charbon, placé par les mineurs pour alerter en cas de présence d'émanations toxiques. 

«La bataille juridique d’Assange est l’affaire la plus importante de notre temps concernant la liberté de la presse», a déclaré Vivienne Westwood au DailyMail. «Cela pourrait arriver à tous les journalistes, car ce n'est pas un crime de publier la vérité», a-t-elle ajouté.

Le fondateur de WikiLeaks se trouve actuellement en détention préventive à la prison de haute sécurité de Belmarsh, au Royaume-Uni, en attendant l'issue de son procès d'extradition vers les Etats-Unis qui doit se tenir à partir du 7 septembre. 

Si l'extradition devait aboutir, Julian Assange risque 175 ans de prison pour avoir publié, par le truchement de lanceurs d'alerte, des documents de l'armée américaine, dans lesquels sont exposés ce qui s'apparente à des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité.

Les Etats-Unis l'accusent d'avoir mis en péril certaines de leurs sources lors de la publication en 2010 de 250 000 câbles diplomatiques et d'environ 500 000 documents confidentiels portant sur les activités de l'armée américaine en Irak et en Afghanistan.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»