Chili : vote historique pour le droit à puiser dans l'épargne-retraite

Chili : vote historique pour le droit à puiser dans l'épargne-retraite© Rodrigo Garrido Source: Reuters
La députée de l'opposition chilienne Pamela Jiles célèbre le vote lors d'une session du Congrès concernant une réforme constitutionnelle des pensions proposée par les législateurs de l'opposition, à Valparaiso, Chili, le 15 juillet 2020.

L'Assemblée nationale chilienne a adopté une loi très attendue par la population autorisant les citoyens à puiser dans leur épargne-retraite obligatoire, un système hérité de l'ère Pinochet. Le texte doit encore être validé par le Sénat.

La joie de la population est grande au Chili, où la Chambre des députés a adopté le 15 juillet une loi historique autorisant les citoyens à puiser jusqu'à 10% de leur épargne-retraite, un système de cotisation individualisé relevant principalement du secteur privé, hérité de l'époque du dictateur Augusto Pinochet.

Cette mesure vise à réduire l'impact de la crise économique, aggravée par la pandémie de coronavirus. Le régime de retraites en vigueur au Chili était en effet déjà l'un des principaux points des revendications formulées lors de la flambée sociale qui avait débuté en octobre 2019.

Le texte, qui constitue un sérieux revers pour le président de droite Sebastian Piñera, qui y est opposé, doit encore être examiné par le Sénat, où le gouvernement est minoritaire. Soutenu par un certain nombre de députés de la coalition gouvernementale de droite, le texte a été adopté par 95 voix pour, 36 abstentions et 22 contre, après quatre heures de débat et au terme d'une nuit de protestations dans les rues du pays.

A la suite du vote, des scènes de liesse accompagnées de concerts de casseroles, d'applaudissements, de klaxons de voitures et de cris de joie «comme si c'était la fin d'une Coupe du monde» ont été entendus dans plusieurs quartiers de la capitale, Santiago, après l'approbation de la loi. 

Insolite : pour exprimer sa joie à l'issue du vote, en pleine Assemblée, une députée du Parti humaniste (opposition), Pamela Jiles, a revêtu une cape rose fuchsia et s'est mise à courir, avec des éventails de la même couleur dans chaque main, au milieu de ses collègues en costume-cravate, visiblement médusés. Sa botte orthopédique, qu'elle porte en raison d'une blessure, n'a pas empêché la députée d'arpenter l'hémicycle à toute vitesse, de long en large.

Pamela Jiles, surnommée «La Abuela» (la grand-mère), avait promis la veille qu'en cas de vote favorable, elle fêterait cela avec des plumes. Elle a, elle-même, partagé des détournements humoristiques de cette scène sur son compte Twitter. Le happening n'a pas manqué de déclencher l'hilarité sur les réseaux sociaux.

Coup dur pour Sebastián Piñera

Le processus d'adoption de ce texte suivra son cours avec son examen par le Sénat, ce qui représente un coup dur pour le gouvernement de Sebastián Piñera. En cas d'approbation au Congrès, le chef de l'Etat aura le choix entre opposer son veto à la proposition et l'accepter définitivement.

Le régime de retraites chilien, datant de la période de la dictature d'Augusto Pinochet (1973-1990), s'appuie sur un système de capitalisation totalement individualisée pour les salariés : il oblige les travailleurs à verser 10% de leur salaire sur un compte individuel géré par des Administrateurs de fonds de pensions (AFPs), des organismes financiers privés chargés de les faire fructifier. Ce régime a plongé de nombreux Chiliens dans la pauvreté, les condamnant à des retraites inférieures au salaire minimum (301 000 pesos, 375 euros) alors qu'en théorie, il leur promettait de toucher 70% de leur dernier salaire. De précédentes tentatives de réforme s'étaient heurtées à l'opposition de la droite et du patronat.

Les députés d'opposition à l'origine du projet de loi, qui prévoit le retrait d'un maximum de 5 300 dollars, jugent cette mesure essentielle pour venir en aide à la classe moyenne, qui n'a bénéficié jusque-là d'aucune aide. 

Meriem Laribi

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»