Macron dénonce la «responsabilité historique et criminelle» de la Turquie en Libye

- Avec AFP

Macron dénonce la «responsabilité historique et criminelle» de la Turquie en Libye© Hayoung Jeon/Pool Source: Reuters
Emmanuel Macron s'exprime lors d'une conférence de presse en Allemagne avec la chancelière allemande Angela Merkel, le 29 juin.

Le président français a usé de mots durs à l'égard de la Turquie au sujet de son implication dans le conflit libyen. Le chef d'Etat accuse notamment Ankara d'avoir «massivement réimporté des combattants djihadistes depuis la Syrie».

Emmanuel Macron a accusé, le 29 juin, la Turquie d'avoir dans le conflit libyen une «responsabilité historique et criminelle» en tant que pays qui «prétend être membre de l'OTAN».

Nous sommes à un moment d'indispensable clarification de la politique turque en Libye, qui est pour nous inacceptable

«Nous sommes à un moment d'indispensable clarification de la politique turque en Libye, qui est pour nous inacceptable», a déclaré le chef d'Etat français lors d'une conférence de presse avec Angela Merkel à Meseberg (Allemagne).

Dans la Libye livrée à la guerre civile, «le premier intervenant extérieur, c'est la Turquie», a fait valoir le président français.

La Turquie de Recep Tayyip Erdogan «ne respecte aucun de ses engagements de la conférence de Berlin [organisée en janvier], a accru sa présence militaire en Libye et elle a massivement réimporté des combattants djihadistes depuis la Syrie», a-t-il fustigé. 

Brouille franco-turque sur le dossier libyen

Le chef d'Etat français avait déjà accusé Ankara, le 22 juin, de jouer un «jeu dangereux» en Libye, dans lequel il voyait une nouvelle démonstration de la «mort cérébrale» de l'OTAN.

La Turquie, par la voix du porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Hami Aksoy, avait répliqué en ces termes : «Par le soutien qu'elle apporte depuis des années aux acteurs illégitimes, la France a une part de responsabilité importante dans la descente de la Libye dans le chaos. De ce point de vue, c'est en réalité la France qui joue un jeu dangereux.» Et d'ajouter : «Si monsieur Macron faisait marcher sa mémoire et déployait son bon sens, il se souviendrait que les difficultés que traverse la Libye actuellement sont dues aux attaques du putschiste Haftar qu'il soutient.»

«La France ne soutient pas le maréchal Haftar», assure Macron

Emmanuel Macron a justement déclaré, ce 29 juin, «vouloir tordre le coup à une fausse idée : la France ne soutient pas le maréchal Haftar» mais œuvre plutôt à une solution de paix «durable».

La Turquie est devenue le principal soutien international du gouvernement d'union nationale (GNA) de Tripoli reconnu par l'ONU, qui a repris début juin le contrôle de l'ensemble du nord-ouest de la Libye en faisant reculer les forces du maréchal Khalifa Haftar, l'homme fort de l'est du pays.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»