Une application qui recensait les décès liés aux attaques de drones américains retirée par Apple

Aperçu de l'application Metadata +, retirée de l'App Store pour son contenu jugé trop sensible.© Capture d'écran The Guardian
Aperçu de l'application Metadata +, retirée de l'App Store pour son contenu jugé trop sensible.

L'application envoyait des notifications dès qu'une victime d'une attaque de drone américain était connue. Apple a décidé de la retirer de son App store pour son contenu jugé sensible. Le géant américain veille en effet à ne choquer personne.

Jusqu'à récemment, une application appelée «Metadata +» (Métadonnées +) permettait de suivre en direct les attaques de drones américains et le nombre de victimes qu'elle ont provoqué dans des territoires comme le Pakistan, le Yémen ou encore la Somalie. Elle a désormais été supprimée de l'App store, Apple jugeant son contenu beaucoup trop sensible.  

En savoir plus : Yémen : les frappes américaines de drones ont tué plus de civils qu'Al-Qaïda

Créée au début de l'année 2014 par Josh Begley, un spécialiste des données travaillant pour The Intercept, l'appli utilisait les données du Bureau of Investigative Journalism (Bureau du Journalisme d'Investigation) pour envoyer des notifications à ses utilisateurs dès qu'une nouvelle victime était recensée. 

L'application n'utilisait aucune image violente, seulement du texte. Néanmoins l'information fournie peut, selon Gawke, qui a publié une capture d'écran de l'appli en marche, être considérée comme «inacceptable par de nombreux utilisateurs».

Begley a alors assuré que l'application ne pourrait plus être téléchargée, mais que les utilisateurs l'ayant déjà sur leurs tablettes et smartphones pourraient continuer de l'utiliser.  

Apple n'a souhaité faire aucun commentaire sur cette affaire. Pourtant ce n'est pas la première fois que le géant américain décide de retirer des applications pour leur contenu, souhaitant rester dans le politiquement correct et affirmant qu'une application «n'est pas un livre ou une chanson» et que, par conséquent, les notions de liberté et de censure n'y sont pas les mêmes. 

Ainsi, des jeux nommés «Endgame» (fini de jouer) et «Joyfull executions» (joyeuses executions) mettant en scène respectivement la guerre en Syrie et le régime nord-coréen ont déjà été retirés de l'App store. 

Idem pour «Papers, please» (Vos papiers, s'il vous plaît), un jeu dans lequel le joueur se retrouve dans la peau d'un garde frontière censé fouiller les réfugiés qui tentent d'entrer dans son pays. Ce dernier avait été interdit pour «présence d'éléments pornographiques», vu que le joueur devait passer les réfugiés au scanner, dévoilant leurs parties intimes. Néanmoins, Apple avait fini par revenir sur sa décision et le jeu fut tout de même autorisé... mais sans l'option «nudité». 

Pour ce qui est de «Metadata +», son créateur n'a pas encore signalé s'il comptait ou non faire appel de la décision de sa suppression de l'App store.

«Nous rejetterons toutes les applications dont nous considérerons le contenu comme 'limite'. Et cette limite nous appartient», avait déclaré Apple en décembre 2014.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales