Conte réplique à la BBC, qui insinue que Moscou aurait aidé Rome pour des raisons politiques

Conte réplique à la BBC, qui insinue que Moscou aurait aidé Rome pour des raisons politiques© Alexey Ereshko Source: Reuters
«De Russie avec amour», inscrit sur l'aide médicale envoyée par Moscou à Rome.

«La simple insinuation m'offense» : le Premier ministre italien a sèchement répondu à la BBC, selon qui la Russie aurait pu conditionner son aide médicale à l'Italie. Il a par ailleurs estimé que la pandémie était une menace existentielle à l'UE.

Dans un entretien accordé à la BBC et publié ce 9 avril, le Premier ministre italien n'a pas mâché ses mots à l'encontre des critiques vis-à-vis de Moscou, selon lesquelles la Russie aurait apporté son aide à l'Italie avec des arrières-pensées politiques.

Interrogé par le média britannique sur d'éventuelles conditions assorties à cette aide médicale, comme un hypothétique soutien italien à la levée des sanctions européennes contre Moscou, Giuseppe Conte s'est emporté : «Cette simple insinuation m'offense profondément. C'est une offense au gouvernement italien et à Vladimir Poutine, qui ne penserait jamais s'en servir comme levier.»

Pour la chaîne publique britannique en effet, Moscou aurait «capitalisé sur l'initiative pour ses relations publiques» en collant une affiche sur un avion qui transportait l'aide médicale, où était inscrit... «De Russie avec amour». Autre grief de la BBC contre Moscou, la diffusion sur une chaîne de télévision publique russe d'une vidéo montrant un Italien en train de remplacer un drapeau de l'Union européenne (UE) par un drapeau russe.

Si nous ne saisissons pas l'opportunité de donner un nouveau souffle au projet européen, le risque d'échec [de l'UE] est réel

Le chef du gouvernement italien a par ailleurs insisté sur la nécessité pour l'UE de soutenir davantage ses Etats membres. Selon lui, le bloc doit agir de manière coordonnée pour venir en aide aux pays les plus touchés par le virus, un défi qui s'apparente selon ses termes au «plus grand test depuis la Seconde Guerre mondiale». «Si nous ne saisissons pas l'opportunité de donner un nouveau souffle au projet européen, le risque d'échec [de l'UE] est réel», avertit-il.

Une sortie qui vise entre les lignes à mettre la pression sur les états membres qui ont rejeté la proposition des «coronabonds», récemment émise par la France, l'Italie ou le Portugal. L'idée, qui était de mutualiser les dettes par l'émission d'obligations pour faire face à la crise, avait été catégoriquement refusée par l'Allemagne et les Pays-Bas, deux pays qui prônent une rigueur budgétaire stricte.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»