Vitali Tchourkine dans une interview exclusive à RT : l’Occident a instauré le chaos en Libye

Vitali Tchourkine
Vitali Tchourkine

L’ambassadeur russe auprès de l’ONU Vitali Tchourkine a donné une interview exclusive à RT où il a évoqué la guerre en Syrie, les relations entre la Russie et l’Occident ainsi que l’intervention militaire de la coalition internationale en Libye.

Même si les intentions initiales des partenaires occidentaux concernant leur intervention en Libye étaient bonnes, selon Vitali Tchourkine, ce que l’Occident a réussi à faire, c’est d’«instaurer le chaos» dans ce pays.

Mais comment résoudre cette crise? Une nouvelle guerre dans le pays, estime l’ambassadeur, n’est pas la solution : «Est-ce qu’une intervention plus importante est possible ? Je pense que non, parce que cela pourrait produire un chaos plus important encore». De plus, d’après ses dires, il n’y a pas beaucoup de nations à vouloir le faire, alors qu’en 2011, il y en avait une pleine coalition internationale.

A l’époque, la Russie n’avait pas posé son véto sur la résolution, sans lequel «toutes les décisions du Conseil de sécurité seraient dictées par Washington», a indiqué l’ambassadeur russe. Mais selon lui, la résolution en elle-même était bonne, le problème c’est qu’elle n’a pas été mise en œuvre de manière appropriée.

En savoir plus : Russie : le droit de veto russe à l’ONU est un instrument crucial pour éviter les désastres

«Si au lieu de protéger les civils, nos collègues occidentaux ont décidé de mener une compagne de bombardement en utilisant la résolution comme prétexte, je pense que c’est une faute très grave», a averti l’ambassadeur russe.

Tchourkine est certain que de tels agissements de la part de l’Occident sapent la confiance envers le Conseil de sécurité et c’est la raison principale pour laquelle les participants au Conseil n’ont pas réussi à adopter de résolution sur la Syrie. Le premier paragraphe de la résolution sur la Libye appelait à cesser immédiatement les actions de combat dans le pays et, comme Tchourkine le rappelle, l’Occident avait aussi promis aux membres africains du Conseil de ne mener aucune intervention militaire.

Mais à quoi tout cela a mené ? Kadhafi a été exécuté, la Libye se trouve aujourd’hui en plein chaos. «C’est un triste épisode de l’histoire du Conseil de sécurité quand des promesses ont été faites, mais pas réalisées», a regretté l’ambassadeur russe.

La question syrienne

L’autre résolution qui est attendue dans les prochains jours – c’est celle sur la Syrie qui est déchiré par la guerre. D’après l’ambassadeur russe, il faudrait «une coopération internationale plus efficace dans le but de combattre Daesh en Syrie et en Irak», et donc former une nouvelle coalition.

Celle avec les Etats-Unis à sa tête a largué près de 7 000 bombes, mais Daesh est toujours là. «L’effort américain est donc inefficace», a souligné l’ambassadeur russe. Pour lutter contre les terroristes, la Russie livre des armes aux autorités syriennes, ce qui est su depuis longtemps, même si l’Occident en accuse aujourd’hui Moscou. L’autre point de désaccord est lié à la présence présumée de militaires russe en Syrie, mais d’après Tchourkine, «il y a des militaires russes qui fournissent une assistance aux forces armées syriennes à propos des armes que nous leur livrons». «Et ce n’est pas un secret du tout. Il n’y a donc aucun fondement pour des accusations», a ajouté l’ambassadeur.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales