Le gouvernement israélien va déployer des milliers de policiers à Jérusalem pour Kippour et l'Aïd

© Ammar Awad Source: Reuters

Suite aux heurts qui ont débuté la semaine passée à Jérusalem entre Palestiniens et forces de l'ordre, les autorités israéliennes ont décidé de déployer des milliers de policiers et de garde-frontière pour les fêtes de Kippour et de l'Aïd.

«Des milliers de policiers et de gardes-frontières seront déployés à Jérusalem à partir de mardi matin pour Kippour (fête juive) célébré de mardi soir à mercredi soir, ainsi que pour l'Aïd al-Adha (la fête la plus importante du calendrier musulman qui débute mercredi soir et se termine dimanche)» a dit Luba Samri, porte-parole de la police israélienne. La circulation sera interdite aux abords de la Vieille ville et des points de contrôle seront dressés tout autour d'elle dès lundi soir.

Les autorités craignent que la ville ne connaisse une nouvelle flambée de violence sur et autour du site ultrasensible de l'esplanade des Mosquées, dans la Vieille ville de Jérusalem. En effet, avec le Nouvel an juif, célébré la semaine passée, des milliers de juifs s'étaient rendus sur l'esplanade des Mosquées, troisième lieu saint de l'Islam.

Certains juifs, minoritaires, réclament le droit d'y prier, allant jusqu'à évoquer leur souhait d'y édifier un Temple, en souvenir du Premier Temple détruit par les Romains. Ce discours extrémiste inquiète les Palestiniens qui craignent de voir Israël mettre définitivement la main sur le site pour y instaurer un partage du lieu doublement sacré avec un temps dédié aux Juifs, un autre pour les Musulmans.

Un projet dont se défend le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu qui assure être attaché au «statut-quo» du site, instauré en 1967. Selon ces règles, l'esplanade des Mosquées est en accès libre pour les Musulmans et «visitable» par les Juifs qu'à certaines heures de la journée. Ces derniers ne sont en revanche autorisés à prier qu'en contrebas de l'esplanade, le long du mur des Lamentations. 

Les violences ont démarré dans la vieille-ville -où se situe l'esplanade des Mosquées- mais se sont étendues à d'autres quartiers de Jérusalem-Est, occupé et annexé par Israël, ainsi qu'à une partie de la Cisjordanie. Par ailleurs, une roquette tirée depuis la bande de Gaza a atteint dans la nuit de dimanche à lundi -la troisième en quelques jours- le sud d'Israël, sans faire de victime ni de dégât. L'armée israélienne a répliqué en lançant trois attaques sur cette zone dirigée par le Hamas.

Aller plus loin: Les affrontements se poursuivent en Cisjordanie, Israël lance des raids aériens contre Gaza

Les autorités israéliennes devraient annoncer mardi leur intention d'imposer ou non des restrictions d'âge aux Musulmans pour accéder à l'esplanade pendant l'Aïd. Cette mesure, qui n'est prise que lorsqu'il existe de fortes tensions à Jérusalem, pourrait néanmoins raviver la colère des Palestiniens. Les forces de sécurité israéliennes ont arrêté 66 personnes depuis une semaine à Jérusalem.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales