Primaires démocrates : Pete Buttigieg jette l'éponge, le duel Biden-Sanders s'installe

Primaires démocrates : Pete Buttigieg jette l'éponge, le duel Biden-Sanders s'installe© SCOTT OLSON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP Source: AFP
Pete Buttigieg, le 1er mars 2020, à South Bend, dans l'Indiana.

Le vainqueur suprise du caucus de l'Iowa a annoncé ce 2 mars sa décision de renoncer aux primaires démocrates. Un abandon qui pourrait profiter à Joe Biden, jugé moins à gauche que Bernie Sanders, l'autre favori dans la course à l'investiture.

Coup de tonnerre dans les primaires démocrates américaines : Pete Buttigieg a décidé d'abandonner la course à la Maison Blanche. «Notre objectif a toujours été d'aider à rassembler les Américains pour battre Donald Trump», a-t-il lancé devant ses partisans, ce 2 mars. «Nous devons donc reconnaître qu'à ce stade de la course, la meilleure façon de rester fidèle à ces objectifs est de se retirer et d'aider à rassembler notre parti et notre pays», a ajouté devant deux drapeaux américains, l'ex-candidat dans son fief de South Bend dans l'Indiana, où il a été maire.

«Merci de m'avoir invité chez vous, partagé vos histoires et de m'avoir fait confiance. Nous avons lancé notre campagne parce que les Américains ont faim d'un nouveau type de politique qui nous rassemble. Et ensemble, nous battrons ce président et construirons l'ère qui doit venir ensuite», a aussi tweeté Pete Buttigieg le 2 mars.

A 38 ans, le démocrate avait créé la surprise en remportant le caucus de l'Iowa, juste devant le sénateur Bernie Sanders. «Mayor Pete» s'était positionné comme un modéré, mettant en garde contre les excès de l'aile gauche du parti – incarnée par Bernie Sanders. Cette annonce fait suite à une sévère défaite en Caroline du Sud qui a mis en lumière sa grande difficulté à mobiliser au sein de l'électorat noir.

Joe Biden grand gagnant du retrait de Buttigieg ?

Reste à savoir à qui profitera cet abandon, à deux jours du Super Tuesday, qui verra les démocrates de 14 Etats choisir leur candidat. Après avoir déçu dans l'Iowa, Joe Biden s'est de son côté relancé grâce sa nette victoire à la primaire de Caroline du Sud le 1er mars, où il s'est plus que jamais posé en alternative à Bernie Sanders et a clairement mis en doute la capacité à rassembler du sénateur du Vermont.

Il reproche à son adversaire, qui a conforté son statut de favori depuis sa victoire dans le Nevada, d'être trop à gauche. «Les gens ne veulent pas d'une révolution», a martelé Joe Biden, en référence au programme de Bernie Sanders.

Donald Trump, qui suit attentivement la primaire démocrate, a même prédit que l'ancien vice-président Joe Biden serait le grand bénéficiaire de cette décision. «Pete Buttigieg est hors-course. Toutes ses voix du Super Tuesday vont aller à Joe-Biden-l'endormi. Joli timing. C'est le début des manœuvres des démocrates pour s'assurer que Bernie [Sanders] soit éliminé. Une nouvelle fois, pas de nomination», a-t-il tweeté.

L'appel du pied de Bernie Sanders 

Sentant la menace Biden se rapprocher, Bernie Sanders a fait un appel du pied à son ancien rival Pete Buttigieg. «Je veux féliciter Pete Buttigieg pour avoir mené une campagne forte et historique, et souhaiter la bienvenue à tous ses partisans dans notre mouvement. Je les exhorte à se joindre à nous dans la lutte pour un véritable changement dans ce pays», a-t-il tweeté.

Sans oublier de tacler Joe Biden. «Pour battre Trump, nous allons avoir besoin de la plus forte participation de l'histoire de ce pays [...] Et je ne crois pas que ce soit faisable si vous n'avez pas un message qui résonne au sein de la classe ouvrière et des classes moyennes», a répliqué Bernie Sanders, sur ABC. Il estime être «une menace existentielle pour l'aile corporative du Parti démocrate. Pendant trop longtemps, le Parti démocrate et les dirigeants se sont rendus dans les foyers des riches pour collecter des fonds et ils ont ignoré la classe ouvrière et la classe moyenne.»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»