Inde : 22 morts dans des affrontements intercommunautaires à New Delhi

- Avec AFP

Inde : 22 morts dans des affrontements intercommunautaires à New Delhi© Prakash SINGH Source: AFP
Les destructions causées par un incendie à la suite d'affrontements entre partisans et opposants de la loi sur la citoyenneté indienne, à New Delhi le 26 février 2020.

De violents affrontements intercommunautaires ont éclaté entre hindous et musulmans à New Delhi. Ils s’inscrivent dans des tensions nationales au sujet d'une loi controversée accusée d'être discriminatoire envers la communauté musulmane.

Le Premier ministre indien Narendra Modi a appelé ce 26 février au calme face à des violences intercommunautaires qui ont fait 22 morts à New Delhi, marquant un des pires embrasements de la capitale indienne depuis des décennies.

Des heurts entre partisans et opposants d'une loi controversée sur la citoyenneté, jugée discriminatoire envers la communauté musulmane par ses détracteurs, ont dégénéré en affrontements entre hindous et musulmans.

Des émeutiers armés de pierres, de sabres et parfois même de pistolets, sèment le chaos et la terreur depuis le 23 février, dans des zones périphériques à majorité musulmane du nord-est de la mégapole, éloignées d'une dizaine de kilomètres du centre. Environ 150 personnes ont été blessées et une dizaine se trouvent dans un état critique.

Dans de nombreux incidents rapportés par la presse indienne, des groupes armés hindous s'en sont pris à des lieux et à des personnes identifiés comme musulmans. Sur Twitter, de nombreuses vidéos sont diffusées et montrent des bandes criant «Jai Shri Ram» («Vive le dieu Ram»).

Craignant pour leur vie, de nombreux travailleurs migrants abandonnaient leur logement dans la capitale pour retourner à la sécurité de leur village d'origine, a constaté un journaliste de l'AFP. 

Cette flambée de violence survient au moment de la visite d'Etat en Inde du président américain Donald Trump, qui s'est achevée le 25 février par des entretiens avec le Premier ministre indien, Narendra Modi à New Delhi.

Le dirigeant nationaliste hindou est confronté depuis décembre à un vaste mouvement de contestation contre une nouvelle législation qui facilite l'attribution de la citoyenneté indienne à des réfugiés, à condition qu'ils ne soient pas musulmans. Ce texte a cristallisé les craintes de la minorité musulmane d'être reléguée au rang de citoyens de seconde classe, dans cette nation où les hindous représentent 80% de la population. La loi a provoqué les plus importantes manifestations dans le pays d'Asie du Sud depuis l'arrivée au pouvoir de Narendra Modi en 2014.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»