Les affrontements se poursuivent en Cisjordanie, Israël lance des raids aériens contre Gaza

Les affrontements se poursuivent en Cisjordanie. La police israélienne répond aux jets de pierres palestiniens par des tirs de gaz lacrymogènes, de balles en caoutchouc, mais aussi de balles réelles.© Mussa Qawasma Source: Reuters
Les affrontements se poursuivent en Cisjordanie. La police israélienne répond aux jets de pierres palestiniens par des tirs de gaz lacrymogènes, de balles en caoutchouc, mais aussi de balles réelles.

Des heurts ont opposé Palestiniens et policiers israéliens à Jérusalem et en Cisjordanie vendredi, sous le signe de la défense de l'esplanade des Mosquées. Dans le même temps, deux roquettes ont été tirées depuis Gaza sans faire de blessés.

Palestiniens et forces de sécurité israéliennes se sont violemment affrontés dans le quartier palestinien de Jabal Moukaber à Jérusalem-Est. La tension y restait vendredi soir et les forces de sécurité étaient toujours déployées en nombre.

Trois policiers ont été légèrement blessés après que leur fourgon ait été la cible d'un engin incendiaire, a indiqué la police. Huit personnes, dont au moins trois mineurs, ont été arrêtées, selon la police.

Jets de pierres contre balles en caoutchouc, mais également réelles

Autour du mont des Oliviers dans les quartiers d'Al-Tour et de Rass Al-Amoud et près du camp de réfugiés de Chouafat, des jets de pierres palestiniens ont été suivis par des tirs de grenades lacrymogènes et de balles en caoutchouc de la police israélienne.

En savoir plus : La police israélienne a pris d'assaut la mosquée Al-Aqsa de Jérusalem (VIDEO)

La Vieille ville et l'Esplanade des Mosquées, placées sous importante surveillance policière après trois jours de violences en début de semaine, sont restées calmes. Près de 3 000 policiers ont été déployés à Jérusalem, a précisé une porte-parole, pour prévenir une explosion de violence toujours redoutée sur un lieu aussi sensible.

En savoir plus : Une nouvelle vidéo fait preuve de la violente incursion israélienne dans la mosquée al-Aqsa

En Cisjordanie en revanche, les affrontements ont été plus intenses que d'habitude, vendredi, jour rituel de protestation palestinienne. A Kafr Kaddoum, près de Naplouse, trois Palestiniens ont été blessés par des balles israéliennes, a indiqué l'antenne locale du Croissant-Rouge.

En savoir plus : Israël : trois Palestiniens arrêtés et un policier blessé dans les heurts à Jérusalem

Des heurts ont également eu lieu près de la prison israélienne d'Ofer, près du point de passage de Qalandiya, ainsi qu'au camp de réfugiés de Jalazoun et dans la ville d'Hébron, connue pour être une véritable poudrière.

Au total, selon le Croissant-Rouge, sept Palestiniens ont été blessés par des balles réelles et 44 par des balles en caoutchouc.

Tirs de roquettes et riposte israélienne

Deux roquettes ont également été tirées à partir de la bande de Gaza vendredi soir vers Sdérot et Ashkelon, deux villes du sud d'Israël, sans faire de blessés, selon la police et l'armée. Aucun groupe palestinien n'a revendiqué ces tirs.

Dans la nuit, l'aviation israélienne a bombardé en représailles une base d'entraînement des brigades Ezzedine al-Qassam, la branche armée du Hamas, dans le nord de la bande de Gaza, ont indiqué des témoins et des responsables des services de sécurité gazaouis.

Ces responsables ont précisé que ce raid n'avait fait aucune victime.

La batterie «d'Iron Dome» avait été déployée par précaution mercredi dans le sud d'Israël en raison de la crainte des autorités israéliennes de voir le Djihad islamique tirer de nouvelles roquettes contre Israël après la nouvelle arrestation de Mohammed Allan, ont indiqué les médias israéliens. 

Mohammed Allan, présenté par le Djihad islamique comme l'un des siens, avait frôlé la mort en août dernier après avoir observé une grève de la faim d'environ 60 jours jusqu'à ce que la justice israélienne suspende son maintien en détention administrative. Cette mesure extrajudiciaire permet à Israël d'emprisonner des suspects sans inculpation ni procès pour une durée de six mois renouvelables indéfiniment.

Depuis, Mohammed Allan a été replacé en détention administrative, ce qui a provoqué la colère des groupes armés palestiniens.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales