Sarkozy : pour résoudre la crise en Syrie, il faut «dialoguer davantage avec la Russie et Poutine»

Nicolas Sarkozy © Stephane Mahe Source: Reuters
Nicolas Sarkozy

Tandis que l’ancien président français est en faveur d’une conciliation avec la Russie, les médias hexagonaux semblent changer de ton, évoquant le rôle de Moscou dans la résolution de la crise syrienne. S’agit-il d’un vrai retournement de tendance ?

Le 17 septembre, l’ancien président français Nicolas Sarkozy a annoncé que la crise syrienne aurait pu être résolue depuis plusieurs mois avec l’aide de Moscou. Selon lui, «il faut construire les conditions de la création d’une armée de libération de la Syrie, s’appuyer sur les pays voisins, dialoguer davantage avec la Russie et Poutine» car Daesh continue d’accroître son influence au Moyen-Orient en semant le chaos et le carnage depuis plusieurs années.

Pour lui, la solution consiste en une intervention militaire massive. Il raille la décision de François Hollande d'effectuer des vols de reconnaissance au-dessus de la Syrie, avant d'éventuelles frappes aériennes. «Ça doit leur faire peur aux dirigeants de Daesh, ils sont certainement terrorisés. Non ! Il faut intervenir pour gagner, donc bombarder massivement le groupe Etat islamique», préconise-t-il.

Moscou : l’équipement livré à la Syrie est destiné à la lutte contre les terroristes

Au lendemain de ces déclarations de l’ex-président français, publiées dans le quotidien Le Parisien, les médias hexagonaux semblent opérer un virage à 180 degrés par rapport à la Russie. Les titres de plusieurs journaux français semblent soutenir les actions de la Russie en Syrie.

© RT France

L’analyste politique John Wight a aussi précisé que l’Europe avait remarqué ce qui était évident depuis longtemps.

«Nicolas Sarkozy peut voir ce que voit le reste du monde a vu ces dernières années. Il y a un ennemi en Syrie mais ce n’est pas le gouvernement d’el-Assad mais une organisation qui a atteint un nouveau pic de barbarie et de brutalité. L’enjeu ici n’est pas la survie du gouvernement syrien, de n’importe quel gouvernement syrien, mais de la Syrie elle-même. Les conséquences de ce manque d’action sont la prolongation du conflit en Syrie, des souffrances de Syriens et une immense crise de réfugiés qui repose maintenant sur les épaules de l’Europe», a confié John Wight à RT.

La Russie construit un camp en Syrie pour les déplacés syriens, une première

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales